Search results for "Nomade je fus de très vieille mémoire"

Auteur : Anthony Phelps

Parution : le 9 février 2012

Le mot de l’éditeur : Qui est Anthony Phelps ? Les uns diront qu’il est l’auteur d’un livre culte, Mon pays que voici, véritable hymne à sa terre natale, Haïti. D’autres verront en lui l’un des grands écrivains de la Caraïbe, exilé au Québec, une figure phare des cinquante dernières années. Pour moi, son second éditeur de poésie en France après Pierre-Jean Oswald, il est aussi un formidable passeur de mémoire, un homme de parole et de coeur, un ami. Nomade je fus de très vieille mémoire… L’anthologie personnelle que nous publions donne à lire le meilleur de son oeuvre poétique. Le livre s’ouvre sur un recueil publié en 1961 et se clôt sur Une plage intemporelle, paru à Montréal en 2011. Entre ces deux dates, une douzaine de titres invitent le lecteur à suivre le fil sans cesse ramifié d’une vie en poésie. Qu’il évoque son enfance heureuse en Haïti ou l’Amérique métisse qui l’a accueilli, qu’il dénonce les dictatures ou célèbre l’amour, Anthony Phelps est le poète d’un chant profond dont le souffle ne s’est jamais épuisé.

Extrait  :

« Je continue ô mon Pays
ma lente marche de poète
un bruit de chaîne dans l’oreille
un bruit de houle et de ressac
et sur les lèvres un goût de sel et de soleil »

Collection « Tissages »
Diffusion harmonia mundi
Pages  : 240
Prix : 18 €
ISBN : 978-2-36229-023-7

Tagged with:
 

Je veille_300dpi

L’auteur : Anthony Phelps

Parution : le 4 mai 2016

Le choix de l’éditeur : Quatre ans après la publication de Nomade je fus de très vieille mémoire, le poète haïtien Anthony Phelps nous ouvre à nouveau les portes de son imaginaire. La première partie du livre nous fait entrer « dans l’amitié tranquille du texte ». En une suite de poèmes ludiques, il réinvente origine et mémoire, formes et couleurs, romances et paroles, arpentant les territoires du rêve en « affranchi de la Liberté ». Dans la seconde partie, écrite « sous encre délirante », son surréalisme caraïbéen cède l’initiative aux mots. En d’incessants vertiges, sa poésie nous délivre « des détresses de la nuit », offrant ce « regard bleu » qui « calme les paysages ». Et j’ai bonheur à entendre la parole de ce magicien des mots, « incorrigible féticheur », se jouer des harmoniques de la langue, avec une science éprouvée du rythme et de la musicalité.

Extrait :

« Lorsque le ciel se met au féminin
ma mémoire incendiée
reprend langue avec la nuit.
J’entre dans le poème
par ses coutures
musarde entre les mots
le long des marges.
Moment privilégié
dans l’amitié tranquille du texte. »

Collection : Soleil noir

Pages : 136
Prix  : 15 €
ISBN : 978-2-36229-104-3

Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2016

Revue de presse

 

Anthony Phelps lit le poème Orchidée Nègre lors du festival Voix Vives, de méditerranée en méditerranée, Sète 2012 dans son anthologie Nomade je fus de très vieille mémoire (Ed ;Bruno Doucey 2012)
Samedi 21 juillet 2012.
Réalisation : Setka Film

 

© Setka Film

Anthony Phelps est né en 1928 en Haïti, où il contribue à fonder le mouvement Haïti Littéraire. Opposant à la dictature de Duvalier, il connaît la prison et l’exil. Établi à Montréal, il livre une oeuvre de premier ordre qui fait de lui l’un des écrivains haïtiens les plus connus en Amérique. Traduit dans de nombreuses langues, deux fois lauréat du Prix de Poésie Casa de las Américas de Cuba, le voici enfin publié en France avec son anthologie Nomade, je fus de très vieille mémoire, publiée en 2012 aux Éditions Bruno Doucey. Son recueil Je veille, incorrigible féticheur est paru aux Éditions Bruno Doucey en mai 2016. Il est nommé lauréat du 27ème Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde en 2016, et obtient, en 2017, le Grand Prix de Poésie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Son ouvrage Au souffle du vent-poupée, dans lequel des fragments de ses poèmes accompagnent des œuvres de l’artiste Iris Geneviève Lahens, est paru en 2017 aux Éditions Bruno Doucey.


À découvrir :

 

 

 

 

 


Du même auteur :

POÉSIE
Été (Couverture et illustrations de Grace Phelps en collaboration avec l’auteur), Imprimerie N. A. Théodore, coll. « Samba », Port-au-Prince, 1960.
Présence (Illustrations de Luckner Lazard), Haïti Littéraire, Port-au-Prince, 1961.
Éclats de silence, Art Graphique Presse, coll. « Haïti Littéraire », Port-au-Prince, 1962.
Points cardinaux, Holt, Rinehart et Winston, Montréal, 1966.
Mon pays que voici suivi de Les Dits du fou-aux-cailloux, Pierre-Jean Oswald, Honfleur, 1968. Nouvelle édition, avec introduction de l’auteur, album photos et annexes, Mémoire d’encrier, Montréal, 2007.
Motifs pour le temps saisonnier, Pierre-Jean Oswald, Paris, 1976.
La Bélière caraïbe, Casa de las Américas, La Havane, Cuba, 1980. Réédition Nouvelle Optique, Montréal, 1980.
Même le soleil est nu, Nouvelle Optique, Montréal, 1983.
Orchidée nègre, Triptyque, Montréal, 1987.
Les doubles quatrains mauves, Mémoire, Port-au-Prince, 1995.
Immobile Voyageuse de Picas et autres silences, Cidihca, Montréal, 2000.
Femme Amérique, Écrits des Forges, Trois-Rivières / Autres Temps, Marseille, 2004.
Une phrase lente de violoncelle, Éditions du Noroît, Montréal, 2005.
Une plage intemporelle, Éditions du Noroît, Montréal, 2011.
Nomade je fus de très vieille mémoire, Éditions Bruno Doucey, coll. « Tissages », Paris, 2012.
L’araignée chiromancienne, Éditions d’Art le Sabord, Trois-Rivières, 2012.

ROMANS
Moins l’Infini, Les Éditeurs Français Réunis, Paris 1973. Réédition Cidihca, Montréal, 2001. Réédition sous le titre Des fleurs pour les héros, Le Temps des Cerises, Paris, 2013.
Mémoire en colin-maillard, Nouvelle Optique, Montréal, 1976. Rééditions, Cidihca, Montréal, 2001, Le Temps des Cerises, Paris, 2015.
Haïti ! Haïti ! (avec Gary Klang), Libre Expression, Montréal, 1985. Réédition sous le titre Massacre de Jérémie – Opération vengeance, Dialogues Nord Sud, Montréal, 2015.
La Contrainte de l’inachevé, Leméac, Montréal, 2006.

NOUVELLES
Le Mannequin enchanté, Leméac, Montréal, 2009.

THÉÂTRE RADIOPHONIQUE
Le conditionnel, Holt, Reinhart et Winston, Montréal, 1968.
Une quinzaine d’autres pièces radiophoniques d’Anthony Phelps ont été également produites et diffusées par Radio Cacique, en Haïti, de 1961 à 1964.

CONTES POUR ENFANTS
Et moi, je suis une île, Leméac, Montréal, 1973. Réédition Bibliothèque Québécoise, Montréal, 2010.

AUTRES PUBLICATIONS
Image et verbe ; Trente collages de Irène Chiasson, accompagnés de poèmes de François Piazza, Anthony Phelps, Yves Leclerc, Raymond Charland (préface de Robert Klein), Image et verbe éditions, Longueil, 1966.
Paroles et Lumières. Where Light Speaks, textes de Sandy Noble Yates, Syto Cavé et Anthony Phelps sur des photos d’enfants haïtiens de Carl Hiebert, International Child Care, Toronto, 1999.
Paul Laraque, vingt ans sous les drapeaux entre Marx et Breton (Entretiens), Les Productions Caliban, Montréal, 2004.