Search results for "max jacob"

MaxJacob_72dpiROMAN

Auteur : Bruno Doucey

Parution : le 21 mai 2015

L’histoire :
1943 : Saint-Benoît-sur-Loire. Dans une chambre, un vieux poète juif attend qu’on vienne le chercher. Anticipant son arrestation, Max Jacob noircit les pages d’un petit carnet, racontant avec un humour féroce la folie qui s’est emparée du monde, son inquiétude pour sa soeur déjà déportée, ses angoisses, ses rêves et ses colères. Ce carnet ne le quitte pas en prison et l’accompagne jusqu’à ses dernières heures à Drancy. Il y consigne l’horreur mais aussi l’humanité des rencontres au camp. C’est en poète qu’il vit chaque instant et nous donne à voir un univers où la folie s’est emparée des hommes. Un univers où la poésie se transmet comme seule étincelle de vie contre la barbarie. Ce faux journal résonne avec une justesse bouleversante et nous tient en haleine de bout en bout.

Extrait :

«• Hypothèse n°1 : on ne me tolère ce carnet que parce qu’il est jaune. Si le tissu vient à manquer pour l’étiquette, on pourra toujours y découper des étoiles et les coller sur la poitrine des Juifs que l’on amène ici.
• Hypothèse n°2 : les Allemands ont un goût très prononcé pour l’humour jaune.
– En connaissez-vous la raison, mademoiselle ?
– Pas le moins du monde.
– Regardez autour de vous, réfléchissez.
– Je sais ce qu’est l’humour noir, monsieur Jacob, mais l’humour jaune, non, vraiment, je ne vois pas.
– Eh bien, les SS n’aiment-ils pas voir les Juifs se faire de la bile ? Si mon carnet était rouge, on me l’aurait déjà confisqué.
• Hypothèse 3 : Un vieux poète griffonne dans son coin. Et alors ? Empêche-t-on le phtisique de tousser ? Le galeux de se gratter ? L’aveugle de rester dans le noir ? Pour l’heure, les gendarmes ont bien d’autres chats à fouetter. Mais quand viendra mon tour, on m’arrachera ce carnet des mains et on le jettera dans la première poubelle venue.»

Collection  Sur le Fil dirigée par Murielle Szac
Des romans où le destin d’un poète croise la grande Histoire

Pages : 184
Prix  : 15,50 €
ISBN : 978-2-36229-083-1

 

Couv.Choisie_Bris de vers_Les émeutiers.inddL’anthologie du 18ème Printemps des poètes
établie par Christian Poslaniec et Bruno DouceyLogo Printemps des Poètes
Préface de Bruno Doucey

Parution le 18 février 2016

Le mot de l’éditeur : L’anthologie que nous publions pour la 18ème édition du Printemps des Poètes s’apparente à un voyage dans les territoires, connus et inconnus, de la création poétique du XXe siècle. Tout commence avec Apollinaire et sa lassitude du monde ancien. Le vers se brise comme un éclat de rire, annonçant la déflagration dadaïste et surréaliste, un désir de vivre et d’écrire autrement, une rupture de la fonction des poètes et de la poésie. Mais le siècle de l’imagination créatrice est aussi celui des guerres, de l’exposition coloniale, de la Shoah et de la bombe atomique. En quinze chapitres, et quelques cent vingt poètes, Christian Poslaniec et Bruno Doucey nous invitent, dans le foisonnement des revues et des livres, à suivre « les émeutiers du XXe siècle ». Il en va de la lecture comme du voyage ferroviaire : les paysages se transforment à une vitesse étonnante. Une énergie cinétique est à l’œuvre dans ce siècle ; une tension élastique est à l’œuvre dans ce ce livre.

Parmi lesquels :
Apollinaire, Cendrars, Éluard, Breton, Aragon, Michaux, Ponge, Prévert, Queneau, Tardieu, Senghor, Char, Guillevic, Césaire, Bonnefoy, Jaccottet mais aussi Assia Djebar, Max Jacob, Hélène et René Guy Cadou, Desnos, Malrieu, Angèle Vannier, Tristan Tzara, Boris Vian, André Laude, Denis Roche, Andrée Appercelle, Odile Caradec, par exemple… et tant d’autres à la voix plus discrète et au timbre rare. Lisons et relisons : nous vous invitons à une pêche miraculeuse !

Extrait :

« Mon siècle ne me fait pas peur,
Je ne suis pas un déserteur.
Mon siècle misérable,
scandaleux,
mon siècle courageux,
grand
et héroïque.
Je n’ai jamais regretté d’être venu trop tôt au monde,
Je suis du vingtième siècle :
Et j’en suis fier.
Il me suffit
d’être au vingtième siècle,
là où je suis,
d’être de notre camp,
Et de me battre pour un monde nouveau…”
Nâzim Hikmet

Collection Tissages

Pages : 272
Prix : 20 €
ISBN : 978-2-36229-093-0

 

farideh-RavaFarideh Rava, née en 1955 en Iran, vit à Paris depuis de longues années. Elle a publié de nombreuses traductions du persan, notamment Le Temps versatile, recueil de poèmes de Mohammed-Ali Sépânlou (éditions L’Inventaire) qui a obtenu le prix Max Jacob Étranger 2005, et Nos poings sous la table de Garous Abdolmalekian publié aux éditions Bruno Doucey en 2012.


À découvrir :

 

Couv_Guerre_72Anthologie établie par Bruno Doucey

Couverture : Bruce Clarke

Parution : le 6 novembre 2014

Cette anthologie de poèmes engagés rassemble 46 poètes
qui crient leur aversion de la guerre et leur goût de vivre.
Rimbaud et la guerre contre la Prusse, Apollinaire et la guerre 14-18, Machado en Espagne, Aragon, Éluard, Desnos, Max Jacob, Charlotte Delbo, Primo Levi, Marianne Cohn lors de la Seconde Guerre mondiale, Boris Vian et Jean Sénac pendant la guerre d’Algérie, le Liban de Georges Schehadé, la Syrie de Maram al-Masri, l’Afrique du Sud d’Ingrid Jonker, le Cameroun de François Sengat-Kuo, sans oublier Hermann Hesse, Victor Jara, Yannis Ritsos, Nâzim Hikmet, Ronny Someck… Des poèmes du monde entier pour refuser l’horreur de la guerre et nourrir le pacifisme des jeunes.

Extrait

« Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens. »
Boris Vian

Collection : Poés’idéal, dirigée par Murielle Szac

Pages : 128

Prix  : 8,50 €

ISBN : 978-2-36229-074-9