Currently viewing the category: "Parutions"

Les auteurs : Yvon Le Men & Simone Massi

En librairie le 17 octobre 2019

Entre terre, mer et ciel, une remontée aux sources de l’enfance et du poème

Le mot de l’éditrice : Il y a une mère qui plie un mouchoir dans l’armoire. Il y a un homme qui déplie ce mouchoir, et le voilà qui remonte la route des souvenirs. Il y a un enfant qui court sur la plage, apprivoise les oiseaux, joue avec les vagues et cueille ses rêves à la pointe des phares. Il est là, entre terre et ciel. Il interroge les nuages. Il écoute chanter le vent. Se souvient de ces hommes rudes qui refusèrent la guerre. Se souvient de ces inconnus qui ne sont pas des étrangers. Respire l’orange. Dépose la buée sur la vitre du jour. Il cherche l’amour, la vie. Alors vient le poème, alors vient l’image. Il y a un père, qui déplie sa main pour y nicher celle de l’enfant. Et nous les regardons s’éloigner : qu’ils longent le rivage ou cheminent dans le champ de blé, les voici ensemble pour toujours.

Murielle Szac

Extrait :

« J’ai pris des couleurs

Mais à qui
au ciel
qui les a prises à qui

au vent du sud
où les oranges sont rouges
les citrons, verts

à la pluie qui fait briller la peau
jusqu’au rouge
l’herbe jusqu’au vert

au soleil qui fait fondre la neige
jusqu’au fond des couleurs ?»

Collection : Poés’histoires

Pages : 64
Prix : 12 €
ISBN : 978-2-36229-241-5


Revue de presse

 

Les autrices : Maram al-Masri & Sonia Maria Luce Possentini

En librairie le 17 octobre 2019

Les rêveries d’une femme qui veut redonner le sourire aux enfants de Syrie et d’ailleurs

Le mot de l’éditrice :

Que fait cette femme derrière son rideau ? Elle observe la vie au dehors. Et elle rêve. Elle se souvient de la joie du bébé qu’elle a attendu. Elle revoit le plaisir fou avec son petit dans ses bras. Elle pense aux enfants de Syrie, là-bas sous les bombes. Elle se souvient du bébé qu’elle a perdu. Le rideau bouge dans le vent. La femme à sa fenêtre pense à la douleur de toutes les mamans. Un petit cheval en bois, un nounours attendent celui qui peut-être ne reviendra pas. Ou bien ce sont les enfants, qui attendent le retour de leur maman. Alors la femme à sa fenêtre prend un crayon. Elle écrit, oui, elle dessine la chanson du bonheur. Et d’immenses sourires surgissent sur le visage des enfants. Ici, les mots et les images triomphent de la douleur parce qu’ils portent l’espoir et la liberté.

Murielle Szac

Extrait :

« Danse, danse
mon fils
car tu es né
pour apprendre aux oiseaux
à voler

danse, danse
mon fils
pour que le coeur agité du monde
se calme
sous le rythme de tes pas

danse, danse
mon fils
pour apprendre toi-même à voler.»

Collection : Poés’histoires

Pages : 64
Prix : 12 €
ISBN : 978-2-36229-243-9

 
Revue de presse

 

L’autrice : Souad Labbize

En librairie le 5 septembre 2019

Le mot de l’éditeur : « Mon baluchon d’exil » et « Berceuse pour le dieu de la guerre » : les textes qui composent le livre de Souad Labbize donnent le ton d’une poésie écrite par une femme celle qui a fait le choix de l’exil pour échapper aux diktats imposés par les hommes et par la religion. Femme libre, femme livre… Qu’elle évoque ceux que nous nommons aujourd’hui migrants, exilés, réfugiés, ou raille le retour du divin dans le quotidien, l’autrice affirme son droit à l’insoumission et à la liberté. Avec des mots simples, des images concrètes, l’espace du rêve à portée de main, elle dit non au « dieu douteux » qui s’en sort « avec un casier judiciaire vierge ». Et l’on se plaît à rêver d’un monde où l’exil s’écrirait en deux mots, ex-il, tant l’avenir de l’humanité semble passer par la parole des femmes.

Extrait :

« D’abord
ils ont coupé
le cordon ombilical
pour des raisons naturelles

Ensuite
ils ont coupé
le prépuce
pour des raisons d’hygiène

Enfin
ils ont coupé
la langue
pour des raisons de sécurité »

Collection : L’autre langue

Pages : 112
Prix : 14 €
ISBN :  978-2-36229-184-5

 

Revue de presse

 

L’auteur : Nassuf Djailani
Avec le soutien de la Fondation Saint-John Perse

En librairie le 5 septembre 2019

Le mot de l’éditeur : « Naître ici / N’être rien / qu’un pépiement d’oiseau / en cage. » Ces vers par lesquels débute l’un des premiers poèmes du recueil de Nassuf Djailani nous rappellent qu’aucun être humain ne choisit le lieu où il naît sur la terre. Un pays pour les uns. Une île pour les autres. Une prison pour les moins chanceux… Mais la vie rebat les cartes : l’île de l’enfance se met en marche, l’arbre que l’on croyait enraciné voyage, « la mer promet l’ailleurs avec ses horizons tachés d’orange ». Avec le temps, l’enfant que l’on croyait voué à l’insularité et aux grands vents de l’océan Indien devient un citoyen du monde, fier des valeurs métisses qu’il porte en lui et des horizons qu’il déplace par la parole. « 26 lettres pour un sourire », le poème de la vie en ligne de mire. Et un éditeur heureux de faire entendre cette voix de poète originaire des Comores.

Extrait :

« l’arbre étend ses bras
comme des poussées d’îles
avec une fraternité
chaînée en archipel
des ramifications souterraines
constellées de l’enfance
la richesse se calfeutre
au lieu de se donner »

Collection : L’autre langue

Pages : 144
Prix : 15 €
ISBN :  978-2-36229-239-2

 
Revue de presse