Elise Cowen naît en 1933 à New York, ville où elle passe une partie importante de sa vie. Elle effectue ses études au Barnard College, où elle rencontre quelques-uns des poètes beat. Elle est la seule amante connue d’Allen Ginsberg et la main invisible qui tape son célèbre Kaddish. La relation personnelle et artistique qu’elle entretient avec lui marque à vie la jeune poète qui s’adonne aux drogues et affirme son homosexualité. Comme d’autres femmes de la même époque (Sylvia Plath, Leonora Carrington), elle est internée dans des hôpitaux psychiatriques sur demande de sa famille, profondément conservatrice. En sortant, elle se met à boire et écrit de la poésie qu’elle ne parviendra pas à publier de son vivant. Elle met fin à sa vie en 1962, à l’âge de vingt-sept ans, en se jetant par une fenêtre de l’appartement de ses parents. Après son suicide, sa famille brûle la plupart de ses écrits. Un seul de ses cahiers est sauvé. Ces fragments, nus et désespérés, sont publiés pour la première fois aux États-Unis en 2014. Elle est la sombre image de tout ce qu’une poète beat n’a pas le droit d’être.


À découvrir :

 

Comments are closed.