Mah Chong-GiNé à Tokyo en 1939, Mah Chong-gi grandit en Corée où sa famille retourne s’installer en 1944. Il se fait remarquer très tôt par son talent littéraire mais il se tourne vers des études de médecine. En 1965, il est arrêté et emprisonné pour avoir pris part à un mouvement contestataire. Meurtri par cet évènement, il s’exile aux États-Unis où il devient médecin, sans jamais cesser d’écrire dans sa langue maternelle des recueils qui font de lui l’une des figures majeures de la poésie coréenne. Son recueil Celui qui garde ses rêves est publié en février 2014 aux Éditions Bruno Doucey

 

Comments are closed.