Mary Norbert Körte, née en 1934 dans une famille catholique de la baie de San Francisco, n’a pas vingt ans lorsqu’elle entre au couvent. En 1965, elle assiste à la Conférence poétique de Berkeley, où se produisent Allen Ginsberg, Gary Snyder et d’autres poètes de la Beat Generation. Cet événement la bouleverse. Elle décide alors de quitter l’ordre religieux dans lequel elle est entrée pour s’abandonner à la poésie, à l’activisme politique et à l’écologie. Quelques années plus tard, elle s’installe dans la forêt de séquoias du comté de Mendocino, en Californie, enseigne à l’université dans une réserve indienne et fait paraître plusieurs livres. La poésie de cette femme qui vit en accord avec ses idées, retirée dans la forêt de Redwood, est une ode contemplative à la lenteur. Qu’elle fasse entendre le son de la pluie sur son toit ou qu’elle évoque les arbres et les cerfs comme s’ils étaient des êtres humains, Mary Norbert Körte confère à l’écologie une dimension profondément spirituelle.


À découvrir :

 

Comments are closed.