couv-ceux-du-large_72dpiL’auteur : Ananda Devi
Édition trilingue

En librairie le 2 mars 2017

Le mot de l’éditeur : Ceux du large… Qui Ananda Devi désigne-t-elle par ce titre ? La réponse nous est suggérée dès les premiers vers du recueil : « Dans des barques de feuilles mortes / Ils portent à bout de fatigue / Les enfants de leur faim », avant d’être assénée comme une gifle dans le dernier poème : « Ceux que la vie éventre / De son coutelas ». Entre ces deux poèmes, elle suit l’errance des réfugiés, de tous ces êtres qui ont fui la terre où ils vivaient pour tenter d’atteindre une autre rive. Malgré la « terreur de l’eau », malgré la mort en embuscade. Et si l’auteure s’est donnée la peine d’écrire ce texte en trois langues – français, anglais, créole – c’est pour se prouver à elle-même qu’elle n’est pas restée « Tête baissée bras ballants » devant « Le film catastrophe » qui se déroule sous nos yeux.

Extrait :

« Ventre alourdi gorge étranglée
Voix inerte mains éteintes
Tu lui tournes le dos mais aucun soleil
Ne sera pareil ni aucune pluie
L’espace vide qui t’attend
Ne porte en lui aucun miracle
Tu détaches tes pieds de la boue
Et tu marches. »

Collection : L’autre langue

Pages : 88
Prix  : 13 €
ISBN : 978-2-36229-148-7

Enregistrer

 

couv-la-ou-il-fait-si-clair_300dpiL’auteur : Tanella Boni

En librairie le 2 mars 2017

Le mot de l’éditeur : Que faire lorsqu’on a connu la guerre et l’exil, un « premier départ / en pays étranger », puis d’autres guerres, d’autres départs ? Que dire à ces « vies précaires […], fauchées pour rien », ces « visages de femmes / enveloppés d’un voile de contraintes » ? Comment lutter contre barbares et fous de Dieu ? Où trouver la force de sonder les abysses de la mémoire négrière ? Quelle prière offrir au corps de l’enfant mort, ce « visage de l’innocence » échoué sur la plage ? La réponse à ces questions tient en une phrase prononcée dès le premier des sept poèmes du recueil de Tanella Boni : « Tu n’as pas d’autres armes que les mots ». Et l’auteure de nous rappeler que les mots aiment le dialogue, la tolérance et la paix ; que la poésie possède la capacité, rare, de réenchanter la vie. L’éditeur que je suis n’a pas d’autre certitude, mais c’est assez pour espérer.

Extrait :

« Me voici à la porte du jour le plus long
Là où il fait si clair en moi
Ma raison refuse l’évidente clarté séculaire
Qui sépare l’humanité en portions inégales
L’humanité si divisée si malmenée
Et transparente
Comme celle dont j’ai hérité
Par la faute de ma peau invisible
À force d’être visible

Cette peau qui m’a tout donné
Cette peau dont je suis si fière
Ma peau de femme qui n’en fait
Qu’à sa tête »

Collection : L’autre langue

Pages : 96
Prix  : 14 €
ISBN : 978-2-36229-149-4

Enregistrer

 

couv-dans-lerre-des-vents_300dpiL’auteur : Frédéric Jacques Temple

En librairie le 2 mars 2017

Le mot de l’éditeur : Une pirogue. Un arbre. Un roc. Un fleuve… Frédéric Jacques Temple est tout cela à la fois. Le publier, comme je le fais, et puis le lire, c’est s’emparer de la vitalité heureuse d’un homme qui ouvrait encore en 2016 l’un de ses carnets de bord – Une longue vague porteuse – par cette dédicace  : « À la vie jusqu’au bout ». Une même envie de vivre traverse les poèmes emportés Dans l’erre des vents. Et l’on arpente les paysages méditerranéens, on s’ouvre au vaste monde, on convie les amis d’aujourd’hui et les amis d’hier, oncle Blaise en tête, au même banquet solaire. On s’émerveille du « rire souverain » d’une fleur « au cœur des ronces ». On accueille à pleines mains le « mystère à jamais insondable » du vivant. Jusqu’au bout… Et plus encore puisque, sous le vent, le pollen des mots se fiche éperdument de la ligne d’horizon.

Extrait :

« Sur le fleuve j’avance, lente,
parmi les herbes, dans la vase,
vers je ne sais quelle embouchure,
mais attachée par mes racines,
car même creuse et rabotée,
de naissance je suis un arbre. »

Collection : L’autre langue

Pages : 88
Prix  : 13,50 €
ISBN : 978-2-36229-150-0

Enregistrer

 

Couverture Outre-chœurUn livre-CD présenté par Thierry Machuel
Préface de Bruno Doucey

En librairie le 17 novembre 2016

Le mot de l’éditeur : Outre-chœur – 20 poètes du monde entier par la musique et le chant… Derrière ce titre, qui évoque l’Outremer, se cache un projet de voyage : celui que le musicien et compositeur Thierry Machuel nous propose à travers les richesses insoupçonnées des poésies du monde, convoquant tour à tour, Guillevic et Mahmoud Darwich, Gabriela Mistral du Chili et Maram al- Masri de Syrie, Gérald Bloncourt d’Haïti et le poète noir américain Langston Hughes. Vingt poètes du monde entier, reliés par un même territoire du souffle et de la voix. Car chaque texte de cette anthologie humaniste, accompagnée d’un CD, a été confié à l’ensemble vocal et instrumental que Thierry Machuel a su réunir autour de ses compositions. Des voix d’hommes et de femmes, ainsi que plusieurs instrumentistes entraînent la poésie vers la forme singulière, et souvent sublime, de l’opéra choral. Un pur bonheur que je suis tout simplement heureux de faire partager.

Extrait :

« Ma fille, la mer,
Tu l’as deviné,
N’est pas un cadeau
Que l’on peut te faire.

Ma fille, la danse,
Que puis-je t’apprendre,
Elle est dans tes yeux
Et tu la suivras.

Et l’espoir, ma fille,
Plus fort que la mer,
Plus fort que la ronce,
La vague et la danse. »
Guillevic

Collection : Passage des arts

Pages : 136
Prix  : 19,50 €
ISBN : 978-2-36229-139-5

Enregistrer

Enregistrer