Iris Geneviève Lahens, née en Haïti en 1959, diplômée des Beaux-Arts de Paris, architecte de formation, est l’auteure d’une œuvre picturale onirique et colorée, qui mêle des motifs géométriques aux symboles amérindiens. Dans l’ouvrage Au souffle du vent-poupée, paru en 2017 aux Éditions Bruno Doucey, des fragments de poèmes d’Anthony Phelps accompagnent les reproductions de ses œuvres.


À découvrir :

 

 

Couv.En_fin_de_droits_pourlesiteAuteur : Yvon Le Men

Dessins de Pef

Parution : le 2 octobre 2014

Pré-lancement exceptionnel au festival Étonnants Voyageurs de Saint Malo

Le mot de l’éditeur : Une lettre administrative, et tout chavire… Pour Yvon Le Men, poète et diseur de poèmes, la vie bascule lorsque Pôle Emploi lui annonce qu’il est radié du régime des intermittents du spectacle et contraint de rembourser des années d’indemnités. Le souvenir de la pauvreté lui remonte au coeur comme la marée, tandis que la perte de ses droits le ramène vers tous ceux que le chômage rejette aux marges de la société. Son histoire pourrait être celle de chacun d’entre nous face à l’incommunicabilité et la douleur de n’être pas entendu. Ce livre n’est pas la complainte d’un homme aux prises avec l’administration, mais un cri qui se joint à d’autres cris, ainsi que le suggèrent les dessins de Pef. Un texte d’utilité publique souvent poignant, qui fait entendre les pulsations d’un coeur « en espoir de cause ».

Extrait :

«Emploi
avant j’avais un métier
maintenant j’ai un emploi
m’a dit un jour
un paludier
dont le sel brillait encore en blanc dans ses yeux

un employé qui ploie
comme le roseau
contre les mauvaises nouvelles du chômage »

Collection : Soleil noir

Pages : 80
Prix  : 13 €
ISBN : 978-2-36229-073-2

 

Passage des arts_300_pourle siteAuteur : Jeanne Benameur
Gravures de Rémi Polack

Parution : le 4 septembre 2014

Le mot de l’éditeur : En 2011, Jeanne Benameur inaugurait la collection « Embrasures » avec un texte fort intitulé Notre nom est une île. Trois ans plus tard, c’est elle qui signe le premier livre de la collection « Passage des arts ». Un bonheur qu’il me plaît de faire partager. De bronze et de souffle, nos cœurs est le livre d’un dialogue entre deux artistes : l’une, poète ; l’autre, plasticien. Jeanne Benameur découvre d’abord les sculptures de Rémi Polack. Elle est touchée par la présence de ces figures en déséquilibre qui aspirent à l’envol malgré le poids de la matière. Puis le sculpteur réalise des gravures à partir de ces bronzes. Les images servent alors de support à l’imagination créatrice de l’auteure, dont les mots tombent comme une pluie d’été : un pays fertile s’ouvre devant eux, des entités archaïques font leur apparition, des personnages s’animent. Au fil des pages, la vie naît de ce dialogue entre les arts. Et si gravures et poèmes s’entrecroisent, si histoires et images se mêlent, c’est que chacun des deux artistes marche dans la trace de l’autre.

Extrait :

Trouver
invisible
l’empreinte d’une main
où poser la tienne
d’un pas
où mettre le tien
Tu apprends
lentement
la confiance
dans les traces de ceux
qui ont
disparu.

Collection : Passage des arts

Pages : 80
Prix  : 16 €
ISBN : 978-2-36229-070-1

 

Passage des arts_B_300_pourlesiteAuteur : Rita Mestokosho
Photographies de Patricia Lefebvre
Préface de J.M.G. Le Clézio

Parution : le 4 septembre 2014

Le mot de l’éditeur : Née de la pluie et de la terre est le livre d’une rencontre entre deux femmes, de civilisations différentes, qui se reconnaissent comme soeurs dans le tissage d’une parole universelle. L’une est poète, l’autre photographe. Patricia Lefebvre a rencontré Rita Mestokosho lors des séjours qu’elle effectua chez les Innus, peuple autonome du Québec. Ses photographies accompagnent la poésie simple, authentique et chamanique d’une femme qui s’adresse aux forêts, aux lacs, aux rivières, à l’ours, au saumon, au vent ou aux nuages, comme à la grand-mère qui lui a transmis l’amour de la vie. Car la poésie de Rita Mestokosho est, ainsi que l’écrit J. M. G. Le Clézio, préfacier de ce livre, « pleine de cette puissance féminine qui imprègne les peuples anciens. Quelque chose de calme et d’incorruptible qui s’ouvre sur l’avenir. » Comme lui, je suis heureux et fier de faire entendre cette voix native d’un peuple qui lutte pour sa survie.

Extrait :

« Mon coeur est fait de branches de sapin
Entremêlées à toutes les saisons du monde
Je dors pour mieux tapisser tes rêves
Et celui du chasseur en quête d’une terre
Où il pourra alimenter son envie d’être libre
De marcher en admirant les courbes des rivières
De nourrir sa faim et d’assouvir sa soif »

Collection : Passage des arts

Pages : 112
Prix  : 17,50 €
ISBN 978-2-36229-071-8