Couv.Longtemps j'ai courtisé la nuit_300dpi

Précédé de : Les Lignes de la main

L’auteur : Jean Joubert
Préface de Frédéric Jacques Temple

En librairie le 18 août 2016

Le mot de l’éditeur : Jean Joubert nous a quittés en 2015. Sa voix nous manque, « c’est en silence désormais » qu’il nous parle. Mais avant de partir, le poète a pris soin d’adresser à ses amis les poèmes qu’il écrivait au fil des jours, depuis la publication de L’alphabet des ombres, comme autant de lettres pour conjurer l’absence. Ce sont ces poèmes inédits, fidèlement rassemblés, qui constituent ce livre. Pour avoir longtemps « courtisé la nuit », le poète n’ignore pas celle qui « s’avance à pas de louve ». Mais son inquiétude est ailleurs, dans la brutalité qui s’est emparée du monde, la violence faite aux femmes ou le « grognement des tueurs souterrains », menaces auxquelles il objecte une « promesse d’aube » et un « parfum d’enfance », fidèle en cela aux vœux de son premier recueil, Les Lignes de la main.

Extrait :

« Le temps mincit.
La nuit apprête ses linceuls.
Respire encore un peu
le parfum du soir.
Dans ta main qui écrit
rassemble les dernier désirs. »

Collection : Soleil noir

Pages : 160
Prix  : 16 €
ISBN : 978-2-36229-128-9

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Couv.VoixVives2016_300dpi

Anthologie Sète 2016

Préface de Maïthé Vallès-Bled

En librairie le 18 août 2016

 Le mot de l’éditeur : Cette anthologie comporte un texte inédit de tous les poètes invités au festival de Sète à la fin du mois de juillet 2016. Les quatre Méditerranée qui nous sont familières y sont présentes – celles des pays latins, d’Afrique du Nord, des Balkans, d’Orient – ainsi qu’une cinquième, celle dont l’Histoire a «exporté» la culture dans le monde, outre-Atlantique ou en Afrique. Plus de cent poètes venus de tous les horizons constituent la mosaïque de ce livre, voué à la polyphonie des voix et des cultures. Chacun d’eux est édité dans sa langue, à laquelle nous réservons la «belle page», et traduit en français. Le lecteur peut ainsi savourer la musique des mots, sans perdre de vue cet incessant tissage du dialogue entre les êtres, les culture

Extrait :

« La langue de l’hôte réfugié est silence
Pas de voix pour le réfugié…
Il ferme la porte de sa maison sur sa voix
Et sort
Par la porte de l’Histoire
Sans une poussière de géographie.
Les mots
Tombent des baluchons de vêtements,
De fatigue…
De trous dans les poches.
Ils bondissent des lèvres des enfants… endormis,
Ils se roulent par terre… s’agrippent à la terre
Les mots. »
Hala Mohammad (Syrie)

36 pays, 18 langues, 100 poètes :
Albanie, Algérie, Arabie saoudite, Bosnie-Herzégovine, Chili, Chypre, Croatie, Cuba, Égypte, Émirats Arabes Unis, Espagne, France, France-Occitanie, Grèce, Haïti, Honduras, Irak, Iran, Israël, Italie, Jordanie, Kosovo, Liban, Libye, Macédoine, Malte, Maroc, Monténégro, Nouvelle-Calédonie, Palestine, Portugal, Québec, Roumanie, Serbie, Syrie, Tunisie, Turquie.
Parmi lesquels :
Garous Abdolmalekian, Nikolina Andova, Stéphane Bataillon, Denise Boucher, Siham Bouhlal, Philippe Delaveau, Déwé Gorodé, Imasango, Siham Jabbar, Vénus Khoury-Ghata, Amir Or, Anthony Phelps, Pablo Poblète, Christian Prigent, Sapho, Aggeliki Sidira , Frédéric Jacques Temple, Salah Stétié, Boubaker Zemmal …

Collection : Tissages

Pages : 256
Prix  : 20 €
ISBN : 978-2-36229-127-7

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

© Murielle Szac

La vie de cet écrivain haïtien, né en 1962 à Port-au-Prince, est placée sous le signe du voyage et du dialogue des cultures. Ce vagabond polygotte, qui a séjourné à Paris, à Rome, à Jérusalem, à Berlin, en Amérique du Sud, aux États-Unis ou en Afrique noire, est à la fois romancier, nouvelliste et poète. Après un premier roman intitulé Le crayon du bon Dieu n’a pas de gomme (Stock, 1996), il a publié divers récits ainsi que des recueils de poèmes. Il a souhaité confier sa poésie aux Éditions Bruno Doucey qui ont publié, en 2017, son recueil En marche sur la terre.

 
claude-ber-3-adrienne-arth

© Adrienne Arth

Auteure d’une quinzaine de livres, Claude Ber mène une œuvre littéraire reconnue, qui accorde une place majeure à la poésie. Née à Nice en 1948, dans une famille de résistants qui lui apprend très tôt à dire non, elle a passé l’agrégation de lettres, enseigné notamment en université et à sciences Po et a occupé d’importantes fonctions académiques et nationales. Après un passage aux Éditions de L’Amandier, où elle dirigeait une collection, elle a choisi de confier sa poésie à Bruno Doucey, avec la publication de son recueil Il y a des choses que non en janvier 2017.

Enregistrer