Oscar Mandel est né à Anvers, en Belgique, en 1926, mais il partage son temps entre la France et les États-Unis. Professeur de littérature au California Institute of Technology, dramaturge, essayiste, poète, il écrit aussi bien en français qu’en anglais (à consulter ici). En français, il est notamment l’auteur de trois pièces de théâtre (L’Harmattan), d’un conte, Chi Po et le Sorcier, et d’un recueil de fables, La Reine de Patagonie et son caniche, tous deux publiés aux Éditions de l’Herne. Sa poésie, peu connue en Europe, n’a été publiée qu’en revue (Le Coin de table, Triages) ou dans des anthologies aux Éditions Seghers. Cette guêpe me regarde de travers est son premier recueil publié en France. Un entretien avec Oscar Mandel en vidéo (Cliquez ici)


À découvrir :

Tagged with:
 

Salah Al Hamdani est né à Bagdad en 1951. Opposant à la dictature de Saddam Hussein, il a choisi la France comme terre d’exil en 1975. Il n’a cessé ensuite de se positionner contre la dictature, les guerres, l’occupation anglo-américaine et le terrorisme en Irak. Après avoir commencé à écrire en prison politique en Irak vers 20 ans, c’est à Paris qu’il est devenu auteur d’ouvrages en arabe et en français, récits, nouvelles et poèmes. Il a publié aux Éditions Bruno Doucey, en 2010 Le balayeur du désert, en 2012 avec Ronny Someck, Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l’incendie et en septembre 2013 Rebâtir les jours écrit directement en français. Aux Éditions Al Manar : Saisons d’argile avec des peintures de Youssif Naser, 2011. Aux Éditions Le Temps des Cerises, Adieu mon tortionnaire (récits), 2014  ; Bagdad mon amour suivi de Bagdad à ciel ouvert (poèmes), nouvelle édition 2014.

La traductrice : Isabelle Lagny (ou Isabelle Pourmir) est née en 1961 à Paris et a collaboré à la traduction en français de plusieurs ouvrages de Salah Al Hamdani. Elle écrit des poèmes, des récits et des nouvelles depuis la fin des années quatre-vingt-dix. Premier ouvrage publié en tant qu’auteur en littérature en 2002  : Journal derrière le givre, Édition L’Harmattan. Dernière parution  : Le sillon des jours, Éditions Le Temps des Cerises, 2014. Elle est également l’auteur d’articles, d’ouvrages scientifiques et d’essais.

Un entretien vidéo avec Salah Al Hamdani à regarder en cliquant ici.


À découvrir :

 

 

 

 

 

 

Tagged with:
 

StephaneBataillon

Stéphane Bataillon est né en 1975. Poète et journaliste, il a co-dirigé chez Seghers l’anthologie Poésies de langue française et présenté le recueil inédit de Guillevic intitulé Humour blanc. En 2010, il publie son premier recueil aux Éditions Bruno Doucey sous le titre Où nos ombres s’épousent, salué comme l’une des révélations poétiques de l’année. « S’il ne fallait lire qu’un recueil de poésie cet automne, ce pourrait bien être celui-ci… », pouvait-on alors lire dans La Croix. Son site internet personnel, www.stephanebataillon.com accueille ses multiples expérimentations poétiques. Les Terres rares publié en mars 2013 aux Éditions Bruno Doucey est son deuxième recueil de poésie.
En 2016, les Éditions Bruno Doucey rééditent son premier recueil, Où nos ombres s’épousent, augmenté d’un texte inédit de l’auteur et d’une postface de Jean-Marie Berthier.

• Retrouvez le dans cet entretien vidéo


À découvrir :

 

 

 

 

 


Du même auteur :

Guillevic, Humour blanc (choix des textes et avant-propos), Seghers, coll. « Seghers Jeunesse », 2008.
Poésies de langue française, 144 poètes d’aujourd’hui autour du monde, anthologie présentée avec Sylvestre Clancier
et Bruno Doucey, Seghers, 2008.
Où nos ombres s’épousent (première édition), Éditions Bruno Doucey, coll. « Jeunes plumes », 2010.
Les Terres rares, Éditions Bruno Doucey, coll. « Soleil noir », 2013.
Mon comptinier, avec des dessins d’Éric Gasté, Éditions Tourbillon, 2013.

Retrouvez la poésie de Stéphane Bataillon tout au long de l’année sur son site : www.stephanebataillon.com

Tagged with:
 

© Murielle Szac / Ed. Bruno Doucey

Jeanine Baude, née en 1946 dans les Alpilles, vit à Paris. Elle aime à dire « j’écris avec mon corps, je marche avec mon esprit » ou bien « je commets des délits d’écriture ». Écrivain, critique, poète, elle a publié une trentaine d’ouvrages dont en poésie, L’Adresse à la voix (Rougerie 2003), Le Chant de Manhattan (Seghers 2006), Île corps océan, Isla cuerpo océano – traduction de Porfirio Mamani Macedo- (L’Arbre à Paroles, 2007). Des récits, des essais : Venise Venezia Venessia (Editions du Laquet, 2002), New York is New York (Tertium éditions 2006), Le Goût de Buenos Aires (Mercure de France, 2009). Elle a reçu le Prix Antonin Artaud en 1993 et en 2008 le Grand Prix International Lucan Blaga pour l’ensemble de son oeuvre. Membre du comité du P.E.N Club français et de plusieurs revues internationales. Elle a publié en 2010 aux Éditions Bruno Doucey, Juste une pierre noire.
Un entretien vidéo avec Jeanine Baude à regarder en cliquant ici.


À découvrir :

Tagged with: