Auteur : Jack Küpfer

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans ce recueil, l’architecture gothique flamboie, les gargouilles ricanent, les bestiaires s’animent. Ici c’est un tableau de Jérôme Bosch qui paraît revivre, là des silhouettes tourmentées de Zadkine. L’intérêt que Jack Küpfer porte au passé ne l’empêche pas d’évoquer les vertiges du monde moderne, le « grand huit de l’argent facile » ou les traders qui « planent sur les rails du pillage ». J’aime ce ton qui n’appartient qu’à lui, cette capacité à produire des images, cette quête de la lumière sous les décombres du monde. Plus encore, ce phrasé de chevaux emballés que domine le cavalier bleu de la poésie.

Extrait :

« La cendre est un nid
pour oiseaux de passage
Hommes
oiseaux de terre trempés jusqu’au sang
navigateurs de l’aurore
en route
vers l’immense embrasement du cœur »

Collection « Soleil noir »
Diffusion harmonia mundi
Pages  : 144
Prix : 14 €
ISBN : 978-2-36229-013-8

Tagged with:
 

Auteur : Paul de Brancion

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans le titre, un mot déroutant : Mor. Puis une clef pour entrer dans la chambre noire où ce livre fut écrit : « En danois, Mor = Maman, mord = meurtre ». Ainsi l’auteur nous parle de sa mère, femme puissante qui dévore ses propres enfants. Le livre s’ouvre sur une perte – « Ma Mor est morte » – et se poursuit par la volonté d’achever, aux deux sens du terme, des « souvenirs déchus ». Paul de Brancion a eu besoin de plusieurs langues pour y parvenir. Comme si sa langue maternelle ne suffisait pas, comme si Mor était la tour de Babel d’une humanité rendue étrangère à elle-même. Restent les questions qui me poussent à publier ce livre d’amour et de haine : Comment peut-on détruire ce que l’on aime ? Pourquoi pleure-t-on la disparition de ceux qui nous ont fait souffrir ?

EXTRAIT

« Maman massive est partie maintenant. Cela ne me console pas. Ma tâche est devant moi. Je suis extrêmement surpris par mon émotion. Je pleure presque. Comment puis-je pleurer ainsi cette femme qui a si furieusement détruit tout autour d’elle ? »

Collection « L’autre langue »
Diffusion harmonia mundi
Pages : 136
Prix : 14 €
ISBN  : 978-2-36229-015-2

Tagged with:
 

Née en 1964 en Nouvelle-Calédonie, Imasango passe son enfance entre Nouméa et la brousse où elle retrouve les racines de son métissage, avant d’effectuer des études de lettres en Europe et en Amérique du Sud. Passionnée de musique, de danse et de calligraphie, fascinée par les caractéristiques plastiques de la typographie, elle a longtemps préféré « exposer » ses poèmes plutôt que de les publier. Par sa poésie et les actions qu’elle mène en faveur de la culture, elle interroge la part métisse de nos identités. Elle promeut une poésie du partage, à la portée de tous, une poésie qui pour elle continue fondamentalement d’être faite pour être dite.Trois de ses textes sont parus aux éditions Bruno Doucey dans l’anthologie Outremer – Trois océans en poésie. Elle a publié aux Éditions Bruno Doucey, en 2011, Pour tes mains sources et un recueil à quatre mains avec Déwé Gorodé, Se donner le pays, paroles jumelles en septembre 2016.


À découvrir :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tagged with:
 

Anne-Bihan©Philippe-Barnoud_webAnne Bihan passe son enfance en Bretagne, où elle est née, laissant les îles que sont Arz, Hoëdic, Houat nourrir son imaginaire et la sensibiliser aux questions que pose l’insularité. À la fin des années 1980, elle s’installe pour de longues années en Nouvelle-Calédonie, territoire auquel elle reste aujourd’hui encore profondément attachée. Poète, dramaturge, essayiste, elle publie dans diverses revues, fait paraître un récit, Miroirs d’îles, et plusieurs pièces de théâtre. Trois de ses poèmes ont été publiés aux éditions Bruno Doucey dans l’anthologie Outremer – Trois océans en poésie. Elle a publié aux Éditions Bruno Doucey, en 2011, Ton ventre est l’océan.


À découvrir :