Catégories
À la une Parutions

Par le sextant du soleil

L’auteur : Frédéric Jacques Temple
Préface de Bruno Doucey

En librairie le 20 août 2020

Le mot de l’éditeur : Le vent dans les arbres centenaires, de folles escapades dans la garrigue, le souvenir des compagnons de route, la rémanence lumineuse du monde amérindien, cette mygale à l’affût sous les manguiers, le rire d’une rivière, un roulis de caravane dans le Grand Erg occidental, les architectures musicales d’Arthur Honegger… Et puis ce « sirventès » que le troubadour moderne déroule sous nos yeux avec une énergie tour à tour tendre et caustique… Les poèmes de Frédéric Jacques Temple n’en finissent pas de sillonner le monde. Ils chantent la vie, disent la force des liens, rendant hommage au « grand amour qui [le] tient en éveil ». Lisons-le pour nous arrimer à notre tour à la beauté des choses. Lisons-le comme on se tourne vers la lumière en hiver : pour « ne pas éteindre [en soi] le soleil. »

Extrait :

« Voilà plus de neuf décennies,
dans ma bonne barque de vie
toute voilure déployée,
je tiens la barre
avec le soleil pour sextant,
à travers calmes et tourmentes,
pour la course sans relâches
des blancs cachalots du destin. »

Collection : Soleil noir

Pages : 104
Prix : 14 €
ISBN :  978-2-36229-291-0

Catégories
À la une Parutions

Beat Attitude

Nouvelle édition augmentée

Les auteurs : Sébastien Gavignet & Annalisa Marí Pegrum
Préface de Bruno Doucey

En librairie le 20 août 2020

Le mot de l’éditeur : Dire Beat Generation, c’est penser à Allen Ginsberg, Jack Kerouac, William S. Burroughs… En un mot, une histoire artistique écrite par les hommes, pour les hommes. Mais voilà que l’histoire littéraire s’ouvre aujourd’hui à deux battants : qu’on le veuille ou non, il y avait aussi des femmes poètes dans le mouvement Beat ! Des femmes comme Diane di Prima, Hettie Jones, Lenore Kandel, Denise Levertov, Anne Walman… Des femmes qui arrachent leur liberté au diktat des familles, à la domination masculine et aux carcans sociaux. Des femmes qui créent, inventent, imaginent, explorent, transgressent. Des rebelles, des insoumises, des dissidentes – suffisamment folles pour vouloir changer le monde, suffisamment aimantes pour nous le faire aimer. Sexe, drogue, musique, errance, avortements, bouddhisme ? Oui, à condition de bien comprendre que le droit d’être rebelle était un privilège masculin dans les années 1950. Un livre choc, indispensable à notre temps.

Textes de : Elise CowenDiane di PrimaHettie JonesLenore KandelMary Norbert KörteJoanne KygerDenise Levertov • Janine Pommy VegaAnne Waldmanruth weiss

Extrait :

« tu me baises continûment
avec ta langue ton regard

nous nous transmutons
nous sommes aussi doux et chauds et tremblants
qu’un nouveau papillon d’or

l’énergie
indescriptible
presque insupportable

la nuit parfois je vois nos corps luire »

Lenore Kandel, The Love Book

Collection : Tissages

Pages : 224
Prix : 20 €
ISBN :  978-2-36229-285-9

Catégories
À la une À paraître Parutions

Tu aurais pu vivre encore un peu…

Les auteurs : Ernest Pignon-Ernest & Lyonel Trouillot

En librairie le 5 novembre 2020

Le mot de l’éditeur : Mars 2010. Après Brassens, Brel et Ferré, disparaissait le quatrième mousquetaire de la chanson française : Jean Ferrat, né Jean Tenenbaum huit décennies plus tôt. Mars 2020 : deux artistes associent leurs talents pour conjurer l’absence de celui « qui aurai[t] pu vivre encore un peu. » L’un est peintre, l’autre écrivain. Ensemble ils redonnent vie à l’homme qui détestait les interdits et chantait les poètes. Celui qui dénonçait « la grande injustice » et « la force imbécile » sans jamais cesser de dire « Que c’est beau, c’est beau la vie ». L’un twiste les mots, plaçant l’œuvre de Ferrat dans le contexte de notre temps ; l’autre peint les êtres que le chanteur aimait « à en perdre la raison » : Aragon, Desnos, Lorca, Maïakovski, Neruda, Machado mort en exil à Collioure… Mais aussi Apollinaire, Baudelaire, Carco, Brassens, Vian, Elsa Triolet, Van Gogh, Hölderlin ou le vieil Hugo. Comme autant d’étoiles d’une constellation fraternelle et engagée.

Extrait :

« Tu avais cependant gardé la certitude que « ce monde de malheur que les hommes se forgent », ils avaient la capacité de le défaire. « L’avenir, l’avenir ne sera pas maudit ». Nous sommes nombreux, dans les pays de langue française, à te devoir la lucidité de dénoncer ce qui n’était que crime au nom de l’avenir, sans trahir l’idée d’un monde avec moins de souffrances et d’injustice.
Trahir ceux qui nous ont trahis.
Sans trahir le rêve d’avenir.
Comme tu le chantais : « Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui ».
Lyonel Trouillot

Collection : Passage des arts

Pages : 96
Prix : 25 €
ISBN :  978-2-36229-335-1

Catégories
À la une Parutions

Voix Vives 2020

Anthologie Sète 2020

Préface de Maïthé Vallès-Bled

En librairie le 20 août 2020

Le mot de l’éditeur :

« Sortir et inventer un autre alphabet. »
À l’heure de donner à lire ces mots de la poète franco-grecque Marianne Catzaras, le festival Voix Vives de méditerranée en méditerranée de Sète prépare sa onzième édition sur le fil tendu d’une incertitude. La planète entière vient de traverser, traverse encore, une crise sanitaire majeure. Plus de trois milliards d’individus se sont trouvés confinés en même temps. Depuis le mois de mars, la quasi-totalité des manifestations culturelles, des salons, des festivals ont été annulés. Une chape de silence intranquille s’est abattue sur le monde de la culture. Comme tant d’autres secteurs d’activité, la poésie a connu un étiage sans précédent. Pourtant elle est là, parole levée sur le rivage, prête à faire entendre son chant dans de multiples langues.
À Sète, qu’il soit murmure, cri ou chant, le poème garde toujours quelque chose de son oralité native. Il y est affaire de voix. Voix chaudes et vives qui adoucissent le grand fracas du monde.

Extrait :

« Sortir, dépoussiérer ses habits
Agiter son corps de l’intérieur
Pour retrouver la route
Ouvrir les placards
Agiter les momies sans âge
Et recréer le temps
Pousser les espaces au bord de la falaise
Fermer les yeux et défaire les images
[…]
Sortir et inventer un autre alphabet. »
Marianne Catzaras (France / Grèce)

60 poètes parmi lesquels :
Salah Al Hamdani, Brigitte Baumié, Paul de Brancion, Claudio Damiani, Rabih El Atat, Frédéric Figeac, Concha Garcia, Aurélia Lassaque, Lily Michaelides, Ada Mondès, Florentine Rey, Patricio Sanchez, Nilton Santiago, Sapho, Fabienne Swiatly, José Manuel de Vasconcelos…

Collection : Tissages

Pages : 192
Prix : 18 €
ISBN :  978-2-36229-286-6