Currently viewing the category: "Parutions"

Auteur : Yannis Ritsos
Traduit du grec par Anne Personnaz
Préface de Bruno Doucey

Parution : le 15 novembre 2012

Le mot de l’éditeur : Les Dix-huit petites chansons qui composent ce livre peuvent paraître anodines. Ne vous y fiez pas, lecteurs qui entrez dans ces pages. Écrit sous la junte militaire, à la demande du musicien Mikis Theodorakis alors que son auteur se trouve déporté sur l’île de Léros, ce recueil est une oeuvre de contrebande, sortie clandestinement d’un camp de prisonniers. Le poète y chante le peuple grec, « petit peuple » courageux « qui lutte sans les sabres ni les balles » pour conquérir sa liberté. En publiant aujourd’hui une nouvelle traduction de ces textes, je n’entends pas seulement donner un avenir au passé. A l’heure où la Grèce ploie sous la botte des logiques financières, offrant un terreau à la germination maladive des idées fascistes, il est juste et il est bon de relire ces textes. Et s’il se trouve en Grèce, en France ou ailleurs, un lecteur, ne fût-ce qu’un seul lecteur, pour affirmer, après les avoir lues, son droit d’insoumission par la poésie, alors cette édition trouvera sa raison d’être. Plus de vingt ans après sa disparition, Yannis Ritsos nous invite encore à prendre le maquis de la pensée.

Extrait :

« Ne pleure pas sur la Grèce, – quand elle est près de fléchir
avec le couteau sur l’os, avec la laisse sur la nuque,

La voici qui déferle à nouveau, s’affermit et se déchaine
pour terrasser la bête avec la lance du soleil. »

Collection : « En résistance »
Une collection destinée aux poètes qui sont entrés en résistance

Diffusion harmonia mundi
Pages : 64
Prix  : 11  €
ISBN  : 9782362290398

 

Auteur : Hélène Cadou
Préface de Jean Rouaud

Parution : le 15 novembre 2012

Le mot de l’éditeur : Comme Jean Rouaud, qui a préfacé ce livre, j’aime l’oeuvre de René Guy Cadou, poète disparu prématurément en 1951 à l’âge de trente et un ans. Comme lui, j’ai rencontré Hélène, ému de me retrouver « devant l’inspiratrice d’un des plus beaux recueils poétiques de langue française ». Devant le Règne végétal, devant l’amour. A cette émotion succède une joie : celle de pouvoir redonner vie aux deux premiers recueils d’Hélène Cadou – Le Bonheur du jour et Cantate des nuits intérieures – publiés aux Editions Seghers à la fin des années 1950, ainsi qu’à trois poèmes parus, à tirage limité, du vivant de René. Avec Hélène, l’amour est porté à son point de rosée. Celle qui a perdu l’homme de sa vie n’entre pas dans le lamento d’une existence brisée par le chagrin, mais dans un dialogue fertile, souvent solaire, avec la poésie de l’absent. Un bonheur.

Extrait :

« Je sais que tu m’as inventée
Que je suis née de ton regard
Toi qui donnais lumière aux arbres
Mais depuis que tu m’as quittée
Pour un sommeil qui te dévore
Je m’applique à te redonner
Dans le nid tremblant de mes mains
Une part de jour assez douce
Pour t’obliger à vivre encore »

Collection : Soleil noir
Une collection de recueils vouée aux poètes
qui cherchent une lumière au plus sombre de la nuit
Diffusion harmonia mundi
Pages : 112
Prix  : 14  €
ISBN : 978-2-36229-038-1

Auteur : Frédéric Jacques Temple
Préface d’Alain Borer

Parution : le 15 novembre 2012

Le mot de l’éditeur : Ne perdre de la vie « la moindre goutte de son miel ». L’homme qui écrit ces mots a 91 ans et fut l’ami de Blaise Cendrars, d’Henry Miller, de Lawrence Durrell. Un homme « du monde entier » à l’envergure peu commune que je suis heureux de publier. Ce livre rassemble deux recueils : Phares, balises & feux brefs, que Frédéric Jacques Temple regrettait de voir épuisé, et Périples composé de vingt et un poèmes inédits. Dans ces textes écrits au fil du temps s’expriment à la fois les racines méditerranéennes du poète et ce désir d’ailleurs qui fut le sel de sa vie. De l’Atlantique au désert marocain, de Cuba aux splendeurs boréales, du figuier de sa terre natale à l’arbre mort du désert de Santa Fé, le poète nous invite au voyage. Il nous livre le portulan d’une conscience poétique élargie aux dimensions de la planète, « un grenier à mirages » dans l’été indien de la vie.

Extrait :

« La mort, seule immortelle,
je sais qu’un jour elle m’emportera.
Je m’insurge,
maudis le fatal rendez-vous,
insulte l’ignoble bête noire,
mais ne perds de la vie
la moindre goutte de son miel. »

Collection : Soleil noir
Une collection de recueils vouée aux poètes
qui cherchent une lumière au plus sombre de la nuit
Diffusion harmonia mundi
Pages : 144
Prix  : 15  €
ISBN  : 978-2-36229-036-7

Auteur : Garous Abdolmalekian
Édition bilingue traduit du persan par Farideh Rava

Parution : le 18 octobre 2012

Le mot de l’éditeur : Il m’aura suffi d’entendre Garous Abdolmalekian lire ses poèmes en persan lors d’un festival de poésie pour avoir envie de le publier. De fait, ce jeune poète iranien, né à Téhéran en 1980, est l’une des voix les plus talentueuses de sa génération. Nos poings sous la table rassemble, en bilingue, des textes issus de ses trois principaux recueils, jusqu’alors inédits en français. La vitalité des images, leur singularité quasi cinématographique, l’art de la chute, la liberté de ton d’un écrivain qui pratique sans cesse le décalage, l’esquive et le second degré forcent l’admiration. Conscient que le poème peut recevoir « une balle dès ses premières lignes », Garous Abdolmalekian est de ceux qui ont urgemment besoin de lecteurs pour exister.

Extrait :

« Ta robe bouge dans le vent
Voilà
Le seul drapeau que j’aime »

Collection : Soleil noir
Une collection de recueils vouée aux poètes
qui cherchent une lumière au plus sombre de la nuit

Diffusion harmonia mundi
Pages : 128
Prix  : 14,50  €
ISBN  : 978-2-36229-034-3