Currently viewing the category: "Parutions"

Auteur : Ananda Devi

Parution : 22 septembre 2011

Le mot de l’éditeur :

Avec les poèmes et les proses qui composent ce livre, Ananda Devi nous confie son second recueil de poèmes, retrouvant ce lyrisme de la « chair nue » que donnait à lire Le long désir (Gallimard, 2003). Une femme y dévoile sa mystérieuse évidence, sans que les mots perdent leurs sens cachés. Ils explorent le secret et l’intime, scrutent le monde visible et invisible, provoquent les frissons qu’ils suggèrent. Et cela même lorsque l’auteure évoque « l’envie de poésie », la vie broyée d’un enfant soldat ou d’une jeune prostituée, la violence des rapports de domination, le sort fait aux femmes. Entre douceur et incandescence, désir et solitude, sans faire la moindre concession à « la poétique des îles », Ananda Devi nous livre une écriture à même la peau des passions et des démangeaisons humaines. Fine et profonde, comme elle, toujours à l’écoute de l’obscure promesse du monde.

Extrait :

« Tu tends l’oreille
Aux voix des absents
Jusqu’à ce que la nuit
Consente à te parler »

Collection « Embrasures »
Diffusion harmonia mundi
Pages  : 64
Prix : 6 €
ISBN : 978-2-36229-018-3

 

Auteur : Jack Küpfer

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans ce recueil, l’architecture gothique flamboie, les gargouilles ricanent, les bestiaires s’animent. Ici c’est un tableau de Jérôme Bosch qui paraît revivre, là des silhouettes tourmentées de Zadkine. L’intérêt que Jack Küpfer porte au passé ne l’empêche pas d’évoquer les vertiges du monde moderne, le « grand huit de l’argent facile » ou les traders qui « planent sur les rails du pillage ». J’aime ce ton qui n’appartient qu’à lui, cette capacité à produire des images, cette quête de la lumière sous les décombres du monde. Plus encore, ce phrasé de chevaux emballés que domine le cavalier bleu de la poésie.

Extrait :

« La cendre est un nid
pour oiseaux de passage
Hommes
oiseaux de terre trempés jusqu’au sang
navigateurs de l’aurore
en route
vers l’immense embrasement du cœur »

Collection « Soleil noir »
Diffusion harmonia mundi
Pages  : 144
Prix : 14 €
ISBN : 978-2-36229-013-8

Tagged with:
 

Auteur : Paul de Brancion

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans le titre, un mot déroutant : Mor. Puis une clef pour entrer dans la chambre noire où ce livre fut écrit : « En danois, Mor = Maman, mord = meurtre ». Ainsi l’auteur nous parle de sa mère, femme puissante qui dévore ses propres enfants. Le livre s’ouvre sur une perte – « Ma Mor est morte » – et se poursuit par la volonté d’achever, aux deux sens du terme, des « souvenirs déchus ». Paul de Brancion a eu besoin de plusieurs langues pour y parvenir. Comme si sa langue maternelle ne suffisait pas, comme si Mor était la tour de Babel d’une humanité rendue étrangère à elle-même. Restent les questions qui me poussent à publier ce livre d’amour et de haine : Comment peut-on détruire ce que l’on aime ? Pourquoi pleure-t-on la disparition de ceux qui nous ont fait souffrir ?

EXTRAIT

« Maman massive est partie maintenant. Cela ne me console pas. Ma tâche est devant moi. Je suis extrêmement surpris par mon émotion. Je pleure presque. Comment puis-je pleurer ainsi cette femme qui a si furieusement détruit tout autour d’elle ? »

Collection « L’autre langue »
Diffusion harmonia mundi
Pages : 136
Prix : 14 €
ISBN  : 978-2-36229-015-2

Tagged with:
 

Auteur : Maram al-Masri

Parution : Mars 2011

Le mot de l’éditeur :

On se retrouve poitrine contre poitrine, ventre contre ventre. On s’approche, on se mêle, on s’enroule, jusqu’à la jouissance. À première vue, les poèmes sensuels de Maram al-Masri semblent évoquer la valse qui entraîne deux êtres épris l’un de l’autre, l’ivresse du désir, la frénésie des corps. Comme un écho au livre que j’eus la chance de publier en 2009, Je te menace d’une colombe blanche… Et si cette belle voix venue de Syrie nous parlait d’autre chose ? Si le corps à corps était aussi celui qu’elle entretient avec la poésie ? Avec des mots simples, dans les deux langues qu’elle affectionne, l’arabe et le français, une femme libre fait l’amour aux mots. Pour elle, l’écriture est une eau qui coule de la fontaine à la bouche.

Extrait
« Ma bouche
est chanson d’Ishtar
et contes de Shéhérazade
ma bouche
est le gémissement silencieux d’une plainte
ma bouche
est une fontaine coulant de plaisir
le cantique
du cœur
et de la chair »

Collection : L’autre langue
Pages : 88
Prix  : 12,00  €
ISBN  : 978-2-36229-012-1

Tagged with: