©Murielle Szac-Ed.B.Doucey

©Murielle Szac-Ed.B.Doucey

Née à Ottawa en 1939, Margaret Atwood est la fille d’un entomologiste passionné, qui amène sa famille à passer plusieurs années itinérantes dans les forêts du Nord du Québec. Après des études de lettres, elle enseigne dans plusieurs universités américaines et se consacre à son œuvre littéraire. Ses premiers recueils (Double Persephone et The Circle Game) reçoivent des prix littéraires, tandis que son œuvre romanesque rencontre un succès qui ne se démentira pas (elle obtient notamment le Booker Prize en 2000 pour The Blind Assassin). A ce jour, l’œuvre poétique d’Atwood comprend dix volumes de poésie, mais seuls deux d’entre eux ont été traduits en Français et publiés au Québec : Le Cercle Vicieux et Matin dans la maison incendiée. The Journals of Susanna Moodie, inconnu en Europe, occupe une place privilégiée dans l’œuvre d’Atwood. Bien connu au Canada où il est fréquemment inscrit dans les programmes scolaires, il a éveillé un intérêt grandissant pour Susanna Moodie en tant que représentante de l’identité nationale. Le journal de Susanna Moodie est paru en 2011 aux Éditions Bruno Doucey. En 2020, les Éditions Bruno Doucey publient Laisse-moi te dire… – Poèmes 1964-1974, une anthologie personnelle établie et traduite par Christine Évain.

La traductrice : Christine Évain est Professeure des Universités en linguistique et didactique de l’anglais, à l’Université Rennes 2. Elle a publié en 2006 un ouvrage sur Margaret Atwood qui comprend une série d’entretiens réalisés avec l’auteur et plusieurs articles critiques. Ayant soutenu une thèse sur la poésie de Margaret Atwood, elle a traduit une partie de son œuvre poétique.


À découvrir :

Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *