Couv.Les obus jouaient_484,8x175.inddROMAN

Auteur : Raphaël Jerusalmy

Parution : le 18 février 2016

L’histoire : 1916 : tranchée de première première ligne, au lieu-dit le Bois des Buttes. Le 17 mars à 16 h, le sous-lieutenant Cointreau-whisky, alias Guillaume Apollinaire, engagé volontaire, est atteint à la tempe par un éclat d’obus alors qu’il lit une revue littéraire. La revue qu’il tenait au moment de l’impact, annotée de sa main, vient d’être retrouvée en Bavière. C’est du moins ce que prétend l’auteur de ce récit. Les 24 h qui précèdent l’impact y sont relatées heure par heure, en un cruel compte à rebours qui condense le drame humain en train de se jouer au fond de cette tranchée et le bouleversement qu’il entraîne dans l’âme d’Apollinaire. Car cette journée va être capitale pour la poésie.

Extrait :

« Quand il s’est présenté au bureau de recrutement, comme volontaire, l’officier responsable a été pris de court. Il n’avait jamais vu ça, un poète qui s’engage. Un artiste qui demande à tenir un fusil.
Il n’était pas persuadé que ça plaise en haut lieu. D’un autre côté, il s’était dit que ça finirait par en faire moins, des artistes et des bohèmes, s’ils montaient au casse-pipe. Une bonne occasion de faire le ménage. Il avait apposé son cachet. Sans remplir l’article « profession » du formulaire d’inscription.
Après ça, tout avait marché comme sur des roulettes.
Les soldats avaient accueilli Kostro parmi eux. Les officiers lui avaient tapé sur l’épaule. Moncapitaine avait loué son courage. Comme si c’était plus dur de se battre, pour un poète, que ce ne l’était pour un fort des halles ou un notaire.
Alors que c’était bien plus facile. Apollinaire s’en était immédiatement rendu compte. »

 Collection Sur le Fil dirigée par Murielle Szac
Des romans où le destin d’un poète croise la grande Histoire

Pages : 184
Prix  : 15,50 €
ISBN : 978-2-36229-094-7

Revue de presse

 

photoMichele JustraboProfesseur de lettres classiques et traductrice du grec moderne, Michèle Justrabo a traduit plusieurs livres pour la jeunesse de l’écrivain Eugène Trivizas, notamment Le Dernier Chat noir (Éditions du Jasmin, 2013)

Enregistrer

 

Couv.Choisie_Bris de vers_Les émeutiers.inddL’anthologie du 18ème Printemps des poètes
établie par Christian Poslaniec et Bruno DouceyLogo Printemps des Poètes
Préface de Bruno Doucey

Parution le 18 février 2016

Le mot de l’éditeur : L’anthologie que nous publions pour la 18ème édition du Printemps des Poètes s’apparente à un voyage dans les territoires, connus et inconnus, de la création poétique du XXe siècle. Tout commence avec Apollinaire et sa lassitude du monde ancien. Le vers se brise comme un éclat de rire, annonçant la déflagration dadaïste et surréaliste, un désir de vivre et d’écrire autrement, une rupture de la fonction des poètes et de la poésie. Mais le siècle de l’imagination créatrice est aussi celui des guerres, de l’exposition coloniale, de la Shoah et de la bombe atomique. En quinze chapitres, et quelques cent vingt poètes, Christian Poslaniec et Bruno Doucey nous invitent, dans le foisonnement des revues et des livres, à suivre « les émeutiers du XXe siècle ». Il en va de la lecture comme du voyage ferroviaire : les paysages se transforment à une vitesse étonnante. Une énergie cinétique est à l’œuvre dans ce siècle ; une tension élastique est à l’œuvre dans ce ce livre.

Parmi lesquels :
Apollinaire, Cendrars, Éluard, Breton, Aragon, Michaux, Ponge, Prévert, Queneau, Tardieu, Senghor, Char, Guillevic, Césaire, Bonnefoy, Jaccottet mais aussi Assia Djebar, Max Jacob, Hélène et René Guy Cadou, Desnos, Malrieu, Angèle Vannier, Tristan Tzara, Boris Vian, André Laude, Denis Roche, Andrée Appercelle, Odile Caradec, par exemple… et tant d’autres à la voix plus discrète et au timbre rare. Lisons et relisons : nous vous invitons à une pêche miraculeuse !

Extrait :

« Mon siècle ne me fait pas peur,
Je ne suis pas un déserteur.
Mon siècle misérable,
scandaleux,
mon siècle courageux,
grand
et héroïque.
Je n’ai jamais regretté d’être venu trop tôt au monde,
Je suis du vingtième siècle :
Et j’en suis fier.
Il me suffit
d’être au vingtième siècle,
là où je suis,
d’être de notre camp,
Et de me battre pour un monde nouveau… »
Nâzim Hikmet

Collection Tissages

Pages : 272
Prix : 20 €
ISBN : 978-2-36229-093-0

 

Coffret.Europ’oètes_300dpiLes auteurs :

Sigurbjörg Thrastardottir
Krzysztof Siwczyk
Giedre Kazlauskaite
Nikolina Andova
Martin Solotruk

De jeunes voix de la poésie européenne publiées en édition trilingue français-anglais et islandais, macédonien, polonais, slovaque, lituanien

Parution : le le 3 mars 2016

Le mot de l’éditeur :
À l’heure où l’Europe paraît engluée dans une crise qui dépasse les frontières de l’économie, nous vous invitons à découvrir, dans un joli coffret de cinq titres, une Europe des peuples, des langues et des imaginaires. Cinq jeunes poètes, sélectionnés par Versopolis, organisme chargé de promouvoir la poésie européenne, composent ce coffret : une Islandaise, un Polonais, une Lituanienne, une Macédonienne et un Slovaque, tous publiés dans leur langue d’origine et traduits en deux langues, l’anglais et le français. Et parce que la poésie est un art de l’hospitalité, cinq auteurs confirmés de la maison d’édition préfaceront leurs recueils et les accompagneront lors d’une tournée en France, à l’occasion du Printemps des poètes. Une poignée de mains fraternelles.

Collection Embrasures

5 livres de 64 pages

Prix : 25 €
ISBN : 978-2-36229-096-1

  01_Islande_300dpi 02_Pologne_300dpi 03_Lituanie_300dpi 04_Slovaquie_300dpi 05_Macédoine_72dpi

 

 

 

Photo_SigurbjorgThrastardottir

Krzysztof Siwczyk fot.Krzysztof Dubiel©Laura_Vanseviciene-23thumb_423_poet_bigPhoto_Andova