L’auteur : Hermann Hesse
Édition bilingue allemand/français, traduction de François Mathieu
Postface de François Mathieu

En librairie le 17 janvier 2019

Le mot de l’éditeur : Hermann Hesse n’est pas seulement l’auteur de romans mondialement connus. Il a aussi livré une œuvre poétique majeure que cette publication nous invite à (re)découvrir. Les textes de jeunesse témoignent de sa difficulté à vivre et de sa révolte contre un milieu familial piétiste. Puis viennent la dénonciation des ravages de la Première Guerre mondiale et l’évocation du mal fait aux hommes. En fait, l’existence entière entre dans les poèmes de cet homme : les crises personnelles et le suivi psychothérapique, la peinture et la beauté du monde, l’exil et le rejet du nazisme, les voyages en Inde, l’amour et ses déchirements… En 70 ans d’écriture, le poète s’est mis à nu pour montrer le quotidien d’un homme, ses joies et ses peines, ses révoltes, son désir profond d’un monde meilleur.

Extrait :

« Je jette mes vieux bâtons de randonnée
Dans l’herbe mouillée,
C’est à crever,
J’en ai les larmes aux yeux.
De nouveau, il faut que je parte,

[…]

Je crache en silence dans un buisson,
Vous tous qu’il me faut servir, c’en est trop,
Ministres, excellences, généraux,
Que le diable vous emporte ! »

Collection : En résistance

Pages : 192
Prix : 17 €
ISBN :  978-2-36229-199-9

 
Revue de presse

 

L’auteur : Dominique Chipot
Préface d’Ysabelle Lacamp

En librairie le 22 novembre 2018

Le mot de l’éditeur : En mars 2011, un séisme frappe le Japon, entraînant l’accident nucléaire de Fukushima. Pour le monde entier, l’histoire paraît alors se répéter. Chacun songe aux deux bombes atomiques qui ont été larguées sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945, catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Nous savons quelle déflagration cela a provoqué dans la littérature occidentale. Mais que sait-on des poètes japonais qui écrivirent ces tragédies en lettres de cendre ? Près de 120 poètes répondent à cette interrogation, parmi lesquels Matsuo Atsuyuki, un des rescapés de Nagasaki, dont les haïkus ont bouleversé le Japon, ou Oyama Takami, figure majeure du tanka, qui s’éleva toute sa vie contre l’armement nucléaire. Poètes d’un jour ou écrivains confirmés, victimes ou simples témoins des désastres qui ont endeuillé leur pays, ces poètes japonais se frayent chemin parmi les décombres. Avec l’espoir « que le genre humain ne s’anéantisse pas par lui-même ».

Extraits :

La boule de feu bleu
sur le moment je n’en vis
que la beauté !
73 884 atomisés morts
je ne le sus qu’après.
Oyama Takami

Sous le clair de lune
ma propre voix qui appelle
en vain mes enfants
Matsuo Atsuyuki

Dans cet amas de
corps morts il y a encore
quelques morts qui vivent
Dake Shintarô

Collection : Tissages

Pages : 128
Prix : 16 €
ISBN :  978-2-36229-200-2

 

Revue de presse

 

L’auteur : Zaü

En librairie le 18 octobre 2018

Le mot de l’éditrice : Qu’elles fassent du vélo, dansent, se promènent, s’habillent ou se déshabillent, qu’elles lisent, pensent, observent, pleurent ou rient, toutes les femmes captées par le regard aimant de Zaü sont terriblement vivantes. À l’encre de Chine, à la mine de plomb, à l’acrylique, au pastel gras ou sec… peu importe la technique empruntée, le grand illustrateur les a croquées tout au long de sa vie, pour lui-même, sans rien perdre de la fulgurante beauté de ces rencontres. Dans Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour, il nous ouvre son carnet intime. Pour servir d’écrin à ces instantanés de femmes, il fallait de grandes voix de la poésie contemporaine, parmi lesquelles Maram al-Masri, Tanella Boni, Ananda Devi, Hélène Dorion, Bruno Doucey, Abdellatif Laâbi, James Noël, Ernest Pépin… Mots et images d’amour tressés déplacent les frontières de l’intime pour que nous ne vivions jamais exilés de la beauté. Un pur bonheur.

Des textes de :

Maram al-Masri, Lucien Becker, Gioconda Belli, Luc Bérimont, Tanella Boni, Ananda Devi, Habiba Djahnine, Hélène Dorion, Bruno Doucey, Abdellatif Laâbi, Alexandrine Lao, Aurélia Lassaque, Rita Mestokosho, Ketty Nivyabandi, James Noël, Ernest Pépin, Pierre Seghers, Pierre Vavasseur…

Collection : Passage des arts

Pages : 144
Prix : 29,50 €
ISBN :  978-2-36229-197-5

 

 

L’auteur : Maram al-Masri
Édition bilingue arabe/français
Traduction de François-Michel Durazzo

En librairie le 18 octobre 2018

Le mot de l’éditeur : Cerise rouge sur carrelage blanc… Le titre que Maram al-Masri a donné au livre qui l’a révélée au grand public ressemble à celui d’une nature morte. Des lèvres abandonnées à la froideur du quotidien. Une tache de sang que rien n’efface. Un fruit dans la neige. Une blessure. Les poèmes que rassemble ce recueil, dont nous publions aujourd’hui une nouvelle traduction, nous plongent au cœur de la vie d’une femme. Et l’on comprend, lisant ces vers d’une simplicité aussi désarmante que ceux d’Emily Dickinson, que la libération de cette femme passe par le désir et par l’écriture. Ainsi que l’écrit Murielle Szac au seuil du livre, « l’histoire de cette femme, qui a répondu à l’appel de la poésie pour vivre selon ses rêves, nous bouleverse parce qu’elle incarne chacune et chacun d’entre nous, dans notre aspiration à la liberté. »

Extrait :

« les femmes qui me ressemblent
ne savent pas parler
le mot leur reste dans la gorge

comme un lion en cage
les femmes qui me ressemblent
rêvent…
de liberté… »

Collection : L’autre langue

Pages : 136
Prix : 15 €
ISBN :  978-2-36229-196-8