L’auteur : Maram al-Masri
Édition bilingue arabe/français
Traduction de François-Michel Durazzo

En librairie le 4 octobre 2018

Le mot de l’éditeur : Cerise rouge sur un carrelage blanc… Le titre que Maram al‑Masri a donné au livre qui l’a révélée au grand public ressemble à celui d’une nature morte. Des lèvres peintes abandonnées à la froideur du quotidien. Une tache de sang que rien n’efface. Un fruit dans la neige. Une blessure. Les cent poèmes que rassemble ce recueil, publié pour la première fois en édition bilingue, ne disent pas autre chose. « Ma douleur sera / rouge / comme une cerise mûre écrasée / sur un carrelage / blanc ». Qu’elle rêve d’amours ardentes ou déplore sa solitude, une femme aspire à la liberté. Son cri étouffé porte une promesse. Et l’on comprend lisant ces vers d’une simplicité aussi désarmante que ceux d’Emily Dickinson, que l’érotisme est souvent le premier mode de libération des femmes. Un prélude à la poésie.

Extrait :

« Les femmes comme moi
ignorent la parole,
le mot leur reste en travers
de la gorge

Comme des lionnes en cage
les femmes comme moi
rêvent
de liberté… »

Collection : L’autre langue

Pages : 144
Prix  : 15 €
ISBN :  978-2-36229-196-8

 

 

L’auteure : Marion Collé
Avec une illustration de Suzanne Sebö

En librairie le 1er mars 2018

Le mot de l’éditeur : Elle procède par reptations, étirements, enroulements, répétitions. Elle écrit avec son corps, libère des mots et les regarde grandir, avant de reprendre souffle dans un appui. Depuis des années, Marion Collé mêle la poésie à la pratique du fil. Pour écrire ce premier recueil, elle a cherché le fragile point d’équilibre à partir duquel la vibration du langage pouvait lui permettre d’avancer. Elle s’y est hasardée, aventurée, dans un tempo qui n’appartient qu’à elle. L’artiste se joue des lignes de tension que font naître les mots, s’empare de leur élasticité, trouvant le moyen d’inventer des traversées entre deux plates-formes. Des paysages émergent de ses figures ; un spectacle naît de ses poèmes. Et mille lecteurs enthousiastes viennent déjà danser entre les lignes de ce livre que j’aime.

Extrait :

« Défilé, déroulé,
abandonné, précipité –
ce qui autour fait sens :
le paysage
la terre
la page.

J’avance à travers,
je me faufile,
profuse. »

Collection : Jeunes plumes

Pages : 80
Prix  : 14 €
ISBN :  978-2-36229-169-2

 

Revue de presse

 

L’auteur : Pef

En librairie le 1er mars 2018

Le mot de l’éditeur : Si le fleuve coule c’est qu’il ne sait pas encore nager. Le cheval noir fume mais ce n’est pas la pipe. Sur le parvis, un homme est couché en chien de fusil le long de sa chienne de vie. Qui a bu aboiera… On l’aura compris, Pef aime jouer avec les mots, mettre à jour leurs incongruités, dévoiler leurs sens cachés, les détourner de l’usage journalier qui finit toujours par ternir leurs couleurs. Tout simplement, les mettre en bouche comme des gourmandises… Toujours un mot dans ma poche : avec ce livre tendre, subtil et jubilatoire, le poète ne se comporte pas seulement en prince des mots tordus, il tord le nez aux idées reçues, cherche à quoi rime le monde dans lequel nous vivons, s’arrime aux nuages qui filent dans le ciel et se demande « comment viennent les idées de poème ». Un bonheur que je suis tout simplement heureux de sortir… de ma poche !

Extrait :

« Un coquelicot
Puis deux         Puis trois
J’en ai fait un bouquet
Un bouquet de sang
De cent coquelicots
Je le porte de mon col à mon cœur
Et c’est mon cœur qui saigne »

Collection : Soleil noir

Pages : 104
Prix  : 14 €
ISBN :  978-2-36229-170-8

 

Revue de presse

 

L’anthologie du 20ème Printemps des Poètes établie par Bruno Doucey et Thierry Renard. En collaboration avec l’Espace Pandora.

En librairie le 1er février 2018

Le mot de l’éditeur : A comme Allumette, B comme Brûlure, C comme Colibri, R comme Rage, S comme Soleil, W comme Watt… En 2018, c’est sous la forme d’un abécédaire que se décline l’anthologie du 20ème Printemps des Poètes consacrée au thème de l’ardeur. D’où viennent-ils, les 90 poètes que mon ami Thierry Renard et moi-même avons convoqués pour une fête de la vitalité créatrice ? De tous les territoires où la vie fait entendre son chant avec entrain, avec fougue, élan, désir, conviction, résistance. De ces lieux où la passion se fait brûlure. Où l’on aime à en perdre la raison. Où l’on parcourt le monde avec une vigueur contagieuse. Qu’on ne s’étonne pas de voir la majeure partie de ces poètes appartenir au domaine contemporain : c’est d’une énergie bien trempée dont nous avons aujourd’hui besoin. Pour vivre mieux et vivre plus. Pour tenir dans la tempête. Pour rester en éveil. Écoutez-le : ce cœur qui bat au cœur du monde, c’est le nôtre.

Parmi lesquels : Capitaine Alexandre, Maram al-Masri, Samantha Barendson, Claude Ber, Zéno Bianu, Alain Borer, Katia Bouchoueva, Marion Collé, Jacques Darras, Flora Devatine, Ananda Devi, Nassuf Djailani, Hélène Dorion, Patrick Dubost, Vénus Khoury‑Ghata, Aurélia Lassaque, Jean-Pierre Lemaire, Yvon Le Men, Emmanuel Merle, Rita Mestokosho, Laure Morali, Nimrod, Pasolini, Anthony Phelps, Marc Porcu, Seghers, Jean-Pierre Siméon, Frédéric Jacques Temple, André Velter, Paul Wamo…

Extrait :

Le monde est en feu, je l’aime

Amour libre
Rage de vivre
Danse poignardée de lumière
Etincelle dans la neige
Un orage précoce
Roulant soudain tonnerre

Acrostiche réalisé à partir de fragments de poèmes de : Ronny Someck, Ernest Pépin, René Depestre, Caroline Boidé, Hélène Cadou, James Noël, Pef.

Collection : Tissages

Pages : 256
Prix  : 19 €
ISBN : 978-2-36229-167-8

Enregistrer

Enregistrer

Revue de presse