© Maxyme G. Delisle

Née au Québec en 1958, Hélène Dorion a publié une vingtaine d’ouvrages de poésie au Québec, en Belgique et en France, et qui ont été traduits dans plus de dix langues. Lauréate de nombreux prix littéraires, elle est aujourd’hui considérée comme l’une des voix majeures de la poésie francophone. « Nous avons besoin de sa quête intérieure, de cette immensité du dedans, de ce vent de l’âme que sa poésie ne cesse de faire souffler et de faire entendre », écrit à son propos l’écrivain Pierre Nepveu. En 2018, elle confie son recueil Comme résonne la vie aux Éditions Bruno Doucey.


À découvrir :

 

 

cartevoeuxbd3

 

© Murielle Szac/Ed. Bruno Doucey

Peter Bakowski est né en 1954 à Melbourne (Australie) dans une famille d’immigrants polonais et allemands. Il entre très tôt dans la vie active et place son existence sous le signe du voyage. En 1983, il découvre le Texas et la Beat Generation, qui influencera son premier recueil : Thunder Road, Thunder Heart (Route de Tonnerre, Coeur de Tonnerre). Avec Le cœur à trois heures du matin, cet écrivain australien, proche de Jack Kerouac et d’Allen Ginsberg, est publié pour la première fois en France (Éditions Bruno Doucey, février 2015).


À découvrir :

 

Mireille VignolAprès une petit vingtaine d’années en Australie et une carrière de journaliste spécialisée dans l’Océanie puis dans la littérature avec l’Australian Broadcasting Corporation, Mireille Vignol est rentrée en France en 2002 et travaille depuis comme traductrice littéraire. Elle traduit les grands noms de la littérature australienne (Kate Grenville, Kenneth Cook, Evie Wyld, Peter Temple), des auteurs maoris ou océaniens  (Witi Ihimaera, Alice Tawhai, Epeli Hauo’fa et Russell Soaba) ainsi qu’américains (Nickolas Butler, Walter Mosley, Steve Stern, George Pelecanos) et sud-africain (Roger Smith). Elle est la traductrice du recueil de Peter Bakowski Le cœur à trois heures du matin (Éditiosn Bruno Doucey-Février 2015).