© Setka Films

Née en 1952 en Algérie d’un père tunisien et d’une mère italienne, Jeanne Benameur arrive en France, avec sa famille, à l’âge de cinq ans. Elle devient professeure de lettres et l’écriture s’impose à elle comme une force émancipatrice et revendicatrice, à la fois intime et partagée. Ses romans – Les Demeurées (2000), Laver les ombres (2008), plus récemment Les Insurrections singulières (2011) – l’ont révélée à un large public. Au point de nous faire oublier que son premier livre était un recueil de poèmes  : Naissance de l’oubli (Guy Chambelland, 1989). Les Éditions Bruno Doucey ont facilité son retour à la poésie en publiant, en 2011, Notre nom est une île, puis, en septembre 2012, Il y a un fleuve. En septembre 2014, son recueil De bronze et de souffle, nos cœurs est paru dans la collection Passage des arts, illustré par des gravures du sculpteur Rémi Polack. Son recueil La Géographie absente est paru en 2017, suivi, en 2019, de L’exil n’a pas d’ombre.


À découvrir :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


De la même auteure :

POÉSIE
De bronze et de souffle, nos cœurs (gravures Rémi Polack), Éditions Bruno Doucey, coll. « Passage des arts », 2014.
Il y a un fleuve, Éditions Bruno Doucey, coll. « Embrasures », 2012.
Notre nom est une île, Éditions Bruno Doucey, coll. « Embrasures », 2011.
Comme on respire, Thierry Magnier, 2003, rééd. 2011.
Naissance de l’oubli, Guy Chambelland, 1987.
ROMANS, RÉCITS, NOUVELLES
L’enfant qui, Actes Sud, 2017.
Otages intimes, Actes Sud, 2015 ; Babel nº 1460.
Profanes, Actes Sud, 2013 ; Babel nº 1249.
Les Insurrections singulières, Actes Sud, 2011 ; Babel nº 1152.
Laver les ombres, Actes Sud, 2008 ; Babel nº 1021.
Présent ?, Denoël, 2006 ; Folio nº 4728.
Passagers, la tour bleue d’Étouvie, Le Bec en l’air, 2006.
Les Reliques, Denoël, 2005 ; Babel nº 1049.
Les Mains libres, Denoël, 2004 ; Folio nº 4306.
Un jour mes princes sont venus, Denoël, 2001.
Les Demeurées, Denoël, 2000 ; Folio nº 3676.
Ça t’apprendra à vivre, Le Seuil, 1998 ; Denoël, 2003 ; Babel nº 1104.
THÉÂTRE
Je vis sous l’œil du chien suivi de L’Homme de longue peine, Actes Sud-Papiers, 2013. Création Théâtre du Bocage, Bressuire, 2015.
L’exil n’a pas d’ombre, mise en scène Jean-Claude Gal. Création Théâtre du Petit Vélo, Clermont-Ferrand, 2006.
Marthe et Marie, chorégraphie Carol Vanni. Création Théâtre du Merlan, Marseille, 2000.
JEUNESSE
Valentine remède, Thierry Magnier, 2002 ; nouvelle édition, 2015.
Pas assez pour faire une femme, Thierry Magnier, 2013 ; Babel nº 1328.
Vivre c’est risquer, quatre ouvrages parus aux éditions Thierry Magnier réunis en un seul volume : Quitte ta mère, 1998 ;
Si même les arbres meurent, 2000 ; La Boutique jaune, 2002 ; Une heure une vie, 2004, Thierry Magnier, 2013.
Une histoire de peau, Hachette Jeunesse, 1997 ; Thierry Magnier, 2012.
Le Ramadan de la parole, Actes Sud Junior, 2007.
Samira des Quatre-Routes, Flammarion Jeunesse, coll. « Castor Poche », 1992.
ALBUMS
Prince de naissance, attentif de nature (illustrations Katy Couprie), Thierry Magnier, 2004.
Le Petit Être (illustrations Nathalie Novi), Thierry Magnier, 2002.

 

 

Christian-Poslaniec_72dpi_web©Murielle-SzacPoète, essayiste, romancier, Christian Poslaniec poursuit avec l’anthologie Outremer qu’il a co-écrit avec Bruno Doucey, le travail d’auteur accompli ces dernières années aux Éditions Seghers où il a fait paraître trois anthologies de poésie à l’occasion du Printemps des poètes : Duos d’amour, Je est un autre et En rires – poèmes d’humour pour en voir de toutes les couleurs. Il est le co-auteur des anthologies parues aux Éditions Bruno Doucey  : Outremer, Trois océans en poésie (2011), Enfances (2012), Les Voix du poème (2013), La poésie au cœur des arts (2014), L’insurrection poétique (2015), Bris de vers (2016) et 120 nuances d’Afrique (2017).


À découvrir :

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ronny Someck est né à Bagdad, en Irak, en 1951 dans une famille juive. Dès sa petite enfance, il quitte sa terre natale, qu’il ne reverra pas, et se rend en Israël où il vit encore aujourd’hui. Il est l’auteur de recueils poétiques, traduits dans de nombreuses langues, qui font de lui l’une des grandes voix de la poésie israélienne contemporaine. Il a publié aux Éditions Bruno Doucey, avec Salah al-Hamdani, Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l’incendie en 2012. En 2017, son recueil Le piano ardent est paru aux Éditions Bruno Doucey.


À découvrir :

 

 

 

 

 


Du même auteur :

PUBLICATIONS EN FRANÇAIS
Nés à Bagdad (avec A. K. El Janabi), traduit de l’hébreu par Michel Opatowski, Éditions Stavit, 1998.
Constat de beauté, traduit de l’hébreu par Marlena Braester, Les Écrits des Forges / Éditions Phi, 2008.
Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l’incendie (avec Salah Al Hamdani), traduit de l’hébreu par Michel Eckhard Elial, édition trilingue, Éditions Bruno Doucey, coll. « Tissages », 2012.
Le baiser de la poésie, 24 poèmes d’amour de Yehuda Amichaï et Ronny Someck, traduit de l’hébreu par Michel Eckhard Elial, Levant, 2016.

PUBLICATIONS EN HÉBREU
Exil, Massada, 1976.
Solo, Massada, 1980.
Asphalte, Massada, 1984.
Sept lignes sur le miracle du Yarkon, Opatowski, Tel Aviv Foundation, 1987.
Panthère, Zmora-Bitan, 1989.
Bloody Mary, Zmora-Bitan, 1994.
Rice Paradise, Zmora-Bitan, 1996.
The Revolution Drummer, Zmora-Bitan, 2001.
The Milk Underground, Zmora-Bitan, 2005.
Algérie, Zmora-Bitan, 2009. Horse Power, Zmora-Bitan, 2013.
La Revanche de l’enfant bègue, Zmora-Bitan, 2017.

LIVRES POUR ENFANTS
The Laughter Button (avec Shirly Someck), Zmora-Bitan, 1998.
Monkey Tough, Monkey Bluff (avec Shirly Someck), Zmora-Bitan, 2013.