Auteur : Anthony Phelps

Parution : le 9 février 2012

Le mot de l’éditeur : Qui est Anthony Phelps ? Les uns diront qu’il est l’auteur d’un livre culte, Mon pays que voici, véritable hymne à sa terre natale, Haïti. D’autres verront en lui l’un des grands écrivains de la Caraïbe, exilé au Québec, une figure phare des cinquante dernières années. Pour moi, son second éditeur de poésie en France après Pierre-Jean Oswald, il est aussi un formidable passeur de mémoire, un homme de parole et de coeur, un ami. Nomade je fus de très vieille mémoire… L’anthologie personnelle que nous publions donne à lire le meilleur de son oeuvre poétique. Le livre s’ouvre sur un recueil publié en 1961 et se clôt sur Une plage intemporelle, paru à Montréal en 2011. Entre ces deux dates, une douzaine de titres invitent le lecteur à suivre le fil sans cesse ramifié d’une vie en poésie. Qu’il évoque son enfance heureuse en Haïti ou l’Amérique métisse qui l’a accueilli, qu’il dénonce les dictatures ou célèbre l’amour, Anthony Phelps est le poète d’un chant profond dont le souffle ne s’est jamais épuisé.

Extrait :

« Je continue ô mon Pays
ma lente marche de poète
un bruit de chaîne dans l’oreille
un bruit de houle et de ressac
et sur les lèvres un goût de sel et de soleil »

Collection « Tissages »
Diffusion harmonia mundi
Pages : 240
Prix : 18 €
ISBN : 978-2-36229-023-7

Tagged with:
 

Maria-Mercé marçalMaria-Mercè Marçal, née à Barcelone en 1952, fut à la fois enseignante, traductrice et poète. L’essentiel de son oeuvre poétique est rassemblé en 1989 dans un livre intitulé Langue abolie. Cette féministe militante, très engagée contre le franquisme, est aussi l’auteur d’un roman intitulé La passion selon Renée Vivien et de traductions en catalan de Colette, Yourcenar, Akhmatova, Tsvetaiéva ou Baudelaire. Elle meurt d’un cancer à Barcelone en 1998, à l’âge de 45 ans. Trois fois rebelle publié en mars 2013 aux Éditions Bruno Doucey est sa première publication en France.


À découvrir :

 
© Setka Film

© Setka Film

Née en 1983, aujourd’hui installée dans la région de Toulouse, Aurélia Lassaque rêve et écrit en deux langues, le français et l’occitan. Poète cosmopolite, animée par un véritable goût de la scène, elle fait entendre sa poésie en France et à l’étranger dans des lectures musicales où interviennent parfois le chant, la peinture et la danse. Son premier recueil, Pour que chantent les salamandres, paru aux Éditions Bruno Doucey en 2013, a été traduit en plusieurs langues et souvent mis en voix. En 2017, elle a publié un deuxième recueil aux Éditions Bruno Doucey, En quête d’un visage.


À découvrir :

 

 

 

 

 


De la même auteure :

RECUEILS
Cinquena Sason (édition en occitan), Letras d’oc, 2006.
Pour que chantent les salamandres (édition bilingue occitan-français), Éditions Bruno Doucey, coll. « L’autre langue », 2013.

LIVRES D’ARTISTE
Ombras de Luna – Ombres de Lune (édition bilingue occitan – français), gravure sur bois et sérigraphie de Robert Lobet, Éditions de la Margeride, 2009.
E t’entornes pas – Et ne te retourne pas (édition bilingue), encres de Robert Lobet, Éditions de la Margeride, 2010.
Lo Sòmi d’Euridícia – Le Rêve d’Eurydice (édition bilingue), suminagashi de Véronique Agostini, Éditions les Aresquiers, 2011.
Lo Sòmi d’Orfèu – Le Rêve d’Orphée (édition bilingue), suminagashi de Véronique Agostini, Éditions les Aresquiers, 2011.
La Ronda del fènix – La Ballade du phénix (édition bilingue), dessins d’Éric Meyer, Éditions de la Lune bleue, 2012. D’aucèls sens cara – Des oiseaux sans visage (édition bilingue), Éditions Les Monteils, 2013.
Connivences 1 (avec Zingonia Zingone et l’artiste Robert Lobet), Éditions de la Margeride, 2016.
Connivences 4 (avec Rolando Kattan, Víctor Rodríguez Núñez, René Pons et l’artiste Robert Lobet), Éditions de la Margeride, 2017.

 

visniec_webSetka-Films_Ed.B.DouceyMatéi Visniec est né en Roumanie en 1956. Sous le régime de Ceausescu, il découvre dans la littérature un espace de liberté et se passionne pour le surréalisme, le fantastique, le théâtre de l’absurde et la poésie onirique. En un mot, tout ce qui fait oublier le réalisme socialiste. Devenu auteur interdit en Roumanie, il demande en 1987 l’asile politique en France. Ses pièces sont aujourd’hui à l’affiche d’une trentaine de pays et il est l’un des auteurs les plus joués au Festival d’Avignon. Son recueil de poèmes À table avec Marx est publié en mars 2013 aux Éditions Bruno Doucey.


À découvrir :