Currently viewing the tag: "Paul de Brancion"

Dans un entretien vidéo, Paul de Brancion nous parle de la naissance de son recueil Ma mor est morte, puis nous lit des extraits de son recueil.
(Réalisation : Setkafilms)

Tagged with:
 

Auteur : Paul de Brancion

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans le titre, un mot déroutant : Mor. Puis une clef pour entrer dans la chambre noire où ce livre fut écrit : « En danois, Mor = Maman, mord = meurtre ». Ainsi l’auteur nous parle de sa mère, femme puissante qui dévore ses propres enfants. Le livre s’ouvre sur une perte – « Ma Mor est morte » – et se poursuit par la volonté d’achever, aux deux sens du terme, des « souvenirs déchus ». Paul de Brancion a eu besoin de plusieurs langues pour y parvenir. Comme si sa langue maternelle ne suffisait pas, comme si Mor était la tour de Babel d’une humanité rendue étrangère à elle-même. Restent les questions qui me poussent à publier ce livre d’amour et de haine : Comment peut-on détruire ce que l’on aime ? Pourquoi pleure-t-on la disparition de ceux qui nous ont fait souffrir ?

EXTRAIT

« Maman massive est partie maintenant. Cela ne me console pas. Ma tâche est devant moi. Je suis extrêmement surpris par mon émotion. Je pleure presque. Comment puis-je pleurer ainsi cette femme qui a si furieusement détruit tout autour d’elle ? »

Collection « L’autre langue »
Diffusion harmonia mundi
Pages : 136
Prix : 14 €
ISBN : 978-2-36229-015-2

Tagged with:
 

Né en 1951, Paul de Brancion a longtemps enseigné la philologie romane et la littérature. Rédacteur en chef de la revue Sarrazine, il est l’auteur de plusieurs romans, dont Le château des étoiles : étrange histoire de Tycho Brahé (Phébus, 2005) et de recueils poétiques : Vent contraire (Dumerchez, 2003), Le Marcheur de l’oubli (LansKine, 2006) et Tu-rare (LansKine, 2008). Il partage son temps entre Paris et Nantes où il organise des rencontres consacrées à la littérature et à la poésie. Il a publié, aux Éditions Bruno Doucey, un diptyque autour des figures de la mère, avec Ma Mor est morte (2011) et du père, avec L’Ogre du Vaterland (2017).


À découvrir :

 

 

 

 

 


Du même auteur :

ROMANS
L’Enfant de Cederfeld, Albin Michel, 1991.
Le Lit d’Alexandre, A Contrario, 2004.
Le Château des Étoiles, étrange histoire de Tycho Brahé, astronome et grand seigneur, Phébus, 2005. Rééd. 2016.

POÉSIE
Vent contraire, Dumerchez, 2003.
Le Marcheur de l’oubli, Lanskine / Accademia di i vagabondi, 2006.
Tu-rare, Lanskine, 2008.
Alors… musique, Nu(e), 2008.
Temps mort, Lanskine, 2010.
Ma Mor est morte, Éditions Bruno Doucey, coll. « L’autre langue », 2012.
Qui s’oppose à l’Angkar est un cadavre, Lanskine 2013.
Concessions chinoises, Lanskine, 2016.
Rupture d’équilibre, La Passe du Vent, 2017.

Tagged with: