Couv.Longtemps j'ai courtisé la nuit_300dpi

Précédé de : Les Lignes de la main

L’auteur : Jean Joubert
Préface de Frédéric Jacques Temple

En librairie le 18 août 2016

Le mot de l’éditeur : Jean Joubert nous a quittés en 2015. Sa voix nous manque, « c’est en silence désormais » qu’il nous parle. Mais avant de partir, le poète a pris soin d’adresser à ses amis les poèmes qu’il écrivait au fil des jours, depuis la publication de L’alphabet des ombres, comme autant de lettres pour conjurer l’absence. Ce sont ces poèmes inédits, fidèlement rassemblés, qui constituent ce livre. Pour avoir longtemps « courtisé la nuit », le poète n’ignore pas celle qui « s’avance à pas de louve ». Mais son inquiétude est ailleurs, dans la brutalité qui s’est emparée du monde, la violence faite aux femmes ou le « grognement des tueurs souterrains », menaces auxquelles il objecte une « promesse d’aube » et un « parfum d’enfance », fidèle en cela aux vœux de son premier recueil, Les Lignes de la main.

Extrait :

« Le temps mincit.
La nuit apprête ses linceuls.
Respire encore un peu
le parfum du soir.
Dans ta main qui écrit
rassemble les dernier désirs. »

Collection : Soleil noir

Pages : 160
Prix  : 16 €
ISBN : 978-2-36229-128-9

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Comments are closed.