Avant-propos de Matthias Vincenot
Préface d’Adeline Baldacchino

En librairie le 28 novembre 2019

Poésie en liberté : « Poésie en liberté » est le nom d’un concours international de poésie en langue française qui entre, en 2018, dans sa 21ème année. Ouvert aux lycéens, aux étudiants et aux apprentis des filières professionnelles, il consacre des lauréats venus de tous les horizons, preuve que la langue française est parlée sur les cinq continents. Avec les Éditions Bruno Doucey, ce concours s’est doté d’une anthologie digne de ce nom. Cent jeunes poètes de notre temps auront la fierté de prendre part à cette aventure éditoriale.

Le mot de l’éditeur :
Ils viennent de Dakar au Sénégal, de Canberra en Australie, de Montréal au Québec, de Shanghai en Chine, de Jacmel en Haïti, de Tazmalt en Algérie, de Damas en Syrie ; de Quimper, de Pontarlier ou de Gif-sur-Yvette en France. Ils viennent d’ici ou d’ailleurs, et ils ont tous entre 15 et 25 ans. Ils, ce sont les jeunes gens – garçons et filles – qui ont pris part en 2019 à la 21e édition du concours « Poésie en liberté ». Lycéens français, étudiants à l’étranger ou apprentis des fi lières professionnelles, ils sont le blé en herbe de la poésie contemporaine. En rassemblant les lauréats de ce concours dans une anthologie, les Éditions Bruno Doucey témoignent de l’intérêt qu’elles portent à la jeune création poétique : celle où se forge l’écriture de demain, qui participe de la vie et de la construction du monde.

Extrait :

« Il me suit et m’observe à la lumière du jour,
Mais m’oublie fort chaque sombre nuit,
Même si bientôt il est de retour,
Je me demande souvent pourquoi il s’enfuit.

Soleil, pourquoi dois-tu te coucher ?
Attends-moi, on descendra
Derrière la mer, ensemble, toi et moi. »

Pages : 184
Prix : 10 €
ISBN : 978-2-36229-247-7

Revue de presse

 

Les auteurs : Bruno Doucey & Nathalie Novi

En librairie le 17 octobre 2019

Au fil de l’eau, un somptueux voyage onirique, à la croisée des mondes de l’enfance

Le mot de l’éditrice : Tout commence dans un ruisseau de montagne, un paysage de roches moussues et de cascades sauvages. Cette eau vive, surgie d’une enfance à l’ombre des talus, court de pages en pages, dévale les pentes et enjambe les océans. L’eau nous emporte dans son voyage imaginaire, gravit les volcans, fait danser pirogues et caravelles, caresse chevelures perlées de rosée et feuillages bruissants, pour finir en une vague qui fait danser l’aurore. À chaque pas, l’oiseau calligraphe, rouge, débusque la lumière. Les mots du poète et les images de l’artiste vibrent dans une résonnance intime. Ils se marient pour raconter la même tendre histoire  : celle des enfants de grand vent qui jouent avec le soleil et écoutent le murmure des étoiles. Une chanson de la vie, que les lecteurs entendront longtemps.

Murielle Szac

Extrait :

« Je m’enivre de miel sauvage
je roule sur un tapis de mots
griffe leurs écorces
      mordille leurs racines
            froisse des feuilles

Puis je m’oursonne doucement
dans la tanière d’un poème. »

Collection : Poés’histoires

Pages : 64
Prix  : 12 €
ISBN : 978-2-36229-242-2

 

 

 

Revue de presse

 

Les autrices : Vénus Khoury-Ghata & Sibylle Delacroix

En librairie le 17 octobre 2019

La promenade nocturne et féerique d’un matou qui joue avec l’univers

Le mot de l’éditrice : À pattes de velours, Chat se faufile entre les pages de cet ouvrage. Il joue avec la lune et les étoiles, guette les navires engloutis qui remontent à la surface, glisse dans les ruelles à la poursuite de son ombre, hante les lumières de la ville et celles de la scène, avant de s’accrocher aux rideaux et de prendre la lune pour oreiller. Dans cette nuit lumineuse, tout s’anime : Goéland, un vieux célibataire mélancolique, verse une larme à la mort du jour, tandis que Cormoran cherche sa Cormorine et que Cigogne s’éloigne endeuillant le toit et attristant la cheminée par son départ. Il faut encore consoler l’arbre qui pleure toute sa sève et rassurer l’étoile qui a peur de la nuit. Après cette promenade aussi drôlatique que poétique, ne reste plus qu’à s’endormir, tête bêche comme les cinq enfants.

Murielle Szac

Extrait :

« Les étoiles sont-elles clouées ?
la lune porte-t-elle des lunettes
et le nuage un pantalon ?
y a-t-il un facteur au ciel
qui circule à vélo
lettres d’amour dans sa sacoche
cartes postales dans ses poches
il siffle l’air dans sa moustache
lit les adresses à l’envers
jette le courrier au ruisseau. »

Collection : Poés’histoires

Pages : 64
Prix  : 12 €
ISBN : 978-2-36229-240-8

 
Revue de presse

 

Les auteurs : Yvon Le Men & Simone Massi

En librairie le 17 octobre 2019

Entre terre, mer et ciel, une remontée aux sources de l’enfance et du poème

Le mot de l’éditrice : Il y a une mère qui plie un mouchoir dans l’armoire. Il y a un homme qui déplie ce mouchoir, et le voilà qui remonte la route des souvenirs. Il y a un enfant qui court sur la plage, apprivoise les oiseaux, joue avec les vagues et cueille ses rêves à la pointe des phares. Il est là, entre terre et ciel. Il interroge les nuages. Il écoute chanter le vent. Se souvient de ces hommes rudes qui refusèrent la guerre. Se souvient de ces inconnus qui ne sont pas des étrangers. Respire l’orange. Dépose la buée sur la vitre du jour. Il cherche l’amour, la vie. Alors vient le poème, alors vient l’image. Il y a un père, qui déplie sa main pour y nicher celle de l’enfant. Et nous les regardons s’éloigner  : qu’ils longent le rivage ou cheminent dans le champ de blé, les voici ensemble pour toujours.

Murielle Szac

Extrait :

« J’ai pris des couleurs

Mais à qui
au ciel
qui les a prises à qui

au vent du sud
où les oranges sont rouges
les citrons, verts

à la pluie qui fait briller la peau
jusqu’au rouge
l’herbe jusqu’au vert

au soleil qui fait fondre la neige
jusqu’au fond des couleurs ?»

Collection : Poés’histoires

Pages : 64
Prix  : 12 €
ISBN : 978-2-36229-241-5


Revue de presse