couv_LeCœur_300dpiAuteur : Peter Bakowski

Édition bilingue
Traduit de l’anglais (Australie) par Mireille Vignol et Pierre Riant

Parution : le 19 février 2015

Le mot de l’éditeur : Le cœur à trois heures du matin rassemble, dans une édition bilingue, des poèmes écrits par Peter Bakowski entre 1995, année où fut publié In the Human Night, et 2014, date de son dernier recueil, Personal Weather. D’un texte à l’autre, même fausse simplicité, même ton décalé, même propension à transmuer la quotidienneté en poème. La guerre en Bosnie, les mains usées d’un vieil homme, une intervention chirurgicale, la vie de Billie Holiday, les tourments d’un enfant bègue, l’autoportrait du 27 janvier 2001, la peinture de Diego Rivera, un cœur qui chavire, des rêves de liberté… Le poète, qui paraît avoir convié Jacques Prévert, Jack Kerouac et Allen Ginsberg à sa table de travail, nous invite à faire un pas de côté pour voir le monde autrement. Voilà pourquoi je suis heureux de publier ce road movie poétique où chaque instant de vie est un instant sauvé.

Extrait :

« Mais, la nuit tombée,
les éoliennes et les fils téléphoniques
grincent et chantent
leur berceuse des grandes étendues.
Couché dans ton duvet
sous une harde d’étoiles,
ton cœur pose toutes les
questions
auxquelles
seul le vécu
peut répondre. »

Collection : Soleil noir

Pages : 128
Prix : 15 €
ISBN : 78-2-36229-079-4

 

L'Insurrection_300dpiAnthologie établie par Christian Poslaniec et Bruno DouceyLogo Printemps des Poètes
Préface de Bruno Doucey

Parution le 6 février 2015

Le mot de l’éditeur :
L’insurrection poétique… L’anthologie que nous publions pour la 17ème édition du Printemps des Poètes se veut un manifeste : « manifeste pour vivre ici », selon l’expression d’Éluard, manifeste en faveur d’une vie intense et insoumise, celle que réclament les poètes, ces voleurs de feu. Vingt-deux sections incisives, dont les titres se présentent comme des affiches, composent ce livre. Parmi elles : Au croc la phynance, Avant j’avais un métier, Cap espérance, Contre la bête immonde, Contre les fous de dieu, Dénoncer l’apartheid, Dis ce que vouldras, Homos je vous aime, La haine je la jette. Sans oublier : Liberté, j’écris ton nom et Sexisme, injustice ! Une insurrection permanente de la conscience contre tout ce qui simplifie, limite et décourage. Le cri de cent-dix poètes, français ou étrangers, adeptes d’une parole levée, qui n’a jamais vraiment renoncé à changer la vie.

Extrait :

« Cache-toi, Shulekha, cache vite cette honte,
Cache tes cheveux, tes yeux, ton menton,
Cache ton nez, tes lèvres et tes seins,
Cache tes orteils, cache toute cette indécence.
Tais-toi, surtout, ne fais pas de bruit,
Entre vite dans une cage,
Seule la cage peut sauver une femme »
Taslima Nasreen

Collection Tissages

Pages : 256
Prix : 19,00 €
ISBN : 978-2-36229-078-7

 

Plus haut que les flammes_300dpiAuteur : Louise Dupré

Parution : le 6 janvier 2015

Le mot de l’éditeur : Il est des livres dont on ne revient pas. Plus haut que les flammes de Louise Dupré, publié pour la première fois au Québec en 2010, est de ceux-là. Il fait partie de ceux qui m’ont noué la gorge dès les premières lignes, pour me conduire à plus de dignité, plus de courage, plus d’efforts pour inventer la joie. Un voyage est à l’origine de ce texte : celui que Louise Dupré effectua en Pologne, dans les anciens camps d’extermination d’Auschwitz et de Birkenau. Bouleversée par ces lieux, elle en a ramené un poème poignant, indigné, lucide. Un long poème dédié à tous les enfants disparus dans les camps, puis à ceux des générations à venir, qui devront « trouver des échelles plus hautes que les flammes» pour offrir une demeure à la mémoire des morts, réapprendre à danser et préserver la vie. Des mots pour ne pas oublier et dire non à la barbarie.

Extrait :

« À Auschwitz, on exterminait
des enfants
qui aimaient caresser
des troupeaux de nuages »

Collection : Soleil noir

Pages : 112
Prix : 14,50 €
ISBN : 978-2-36229-076-3€

Tagged with:
 

Rhapsodie pour Hispaniola_300dpi Auteur : Jean Métellus
Préface de Claude Mouchard

Parution : le 22 janvier 2015

Le mot de l’éditeur : «Tout commence par l’histoire d’un Indien de l’île d’Hispaniola, un jeune cacique de cette terre – c’est-à-dire un roi – qui a accueilli avec naïveté, bienveillance, l’Amiral Christophe Colomb… » Ainsi débute le livre auquel Jean Métellus travaillait encore à la veille de sa mort. Un livre que je porte comme une promesse. Rhapsodie pour Hispaniola est un récit en vers, une geste qui relate l’histoire des caciques qui gouvernaient l’île d’Hispaniola à l’arrivée des conquistadors. À travers leur existence, contée entre mythe et réalité, le poète retrouve les racines de sa terre natale, Haïti. Il prend acte « de l’effet de la première mondialisation » et déploie, en une rhapsodie d’une puissance étonnante, ce moment où l’histoire repose sur la communion de civilisations différentes, avant de tourner à la catastrophe.»

Extrait :

« Avec nos pierres, nos flèches, nos bâtons, nos mains nues
Et nos corps exposés sans aucune protection
En face d’hommes décidés à tuer
Pour obtenir de l’or
Pour obtenir la soumission complète
Et l’effacement de toute dignité
Que pouvions-nous faire ?
Résister, résister jusqu’au bout »

Collection : Soleil noir

Pages : 192
Prix : 16,50 €
ISBN : 978-2-36229-077-0€

Tagged with: