Plus haut que les flammes_300dpiAuteur : Louise Dupré

Parution : le 6 janvier 2015

Le mot de l’éditeur : Il est des livres dont on ne revient pas. Plus haut que les flammes de Louise Dupré, publié pour la première fois au Québec en 2010, est de ceux-là. Il fait partie de ceux qui m’ont noué la gorge dès les premières lignes, pour me conduire à plus de dignité, plus de courage, plus d’efforts pour inventer la joie. Un voyage est à l’origine de ce texte : celui que Louise Dupré effectua en Pologne, dans les anciens camps d’extermination d’Auschwitz et de Birkenau. Bouleversée par ces lieux, elle en a ramené un poème poignant, indigné, lucide. Un long poème dédié à tous les enfants disparus dans les camps, puis à ceux des générations à venir, qui devront « trouver des échelles plus hautes que les flammes» pour offrir une demeure à la mémoire des morts, réapprendre à danser et préserver la vie. Des mots pour ne pas oublier et dire non à la barbarie.

Extrait :

« À Auschwitz, on exterminait
des enfants
qui aimaient caresser
des troupeaux de nuages »

Collection : Soleil noir

Pages : 112
Prix : 14,50 €
ISBN : 978-2-36229-076-3€

Tagged with:
 

Rhapsodie pour Hispaniola_300dpi Auteur : Jean Métellus
Préface de Claude Mouchard

Parution : le 22 janvier 2015

Le mot de l’éditeur : «Tout commence par l’histoire d’un Indien de l’île d’Hispaniola, un jeune cacique de cette terre – c’est-à-dire un roi – qui a accueilli avec naïveté, bienveillance, l’Amiral Christophe Colomb… » Ainsi débute le livre auquel Jean Métellus travaillait encore à la veille de sa mort. Un livre que je porte comme une promesse. Rhapsodie pour Hispaniola est un récit en vers, une geste qui relate l’histoire des caciques qui gouvernaient l’île d’Hispaniola à l’arrivée des conquistadors. À travers leur existence, contée entre mythe et réalité, le poète retrouve les racines de sa terre natale, Haïti. Il prend acte « de l’effet de la première mondialisation » et déploie, en une rhapsodie d’une puissance étonnante, ce moment où l’histoire repose sur la communion de civilisations différentes, avant de tourner à la catastrophe.»

Extrait :

« Avec nos pierres, nos flèches, nos bâtons, nos mains nues
Et nos corps exposés sans aucune protection
En face d’hommes décidés à tuer
Pour obtenir de l’or
Pour obtenir la soumission complète
Et l’effacement de toute dignité
Que pouvions-nous faire ?
Résister, résister jusqu’au bout »

Collection : Soleil noir

Pages : 192
Prix : 18 €
ISBN : 978-2-36229-077-0€

Tagged with:
 

La_Marche_de_l'océan_300_juin4Auteur : Yannis Ritsos
Traduit du grec par Anne Personnaz
Préface de Bruno Doucey

Parution : le 20 novembre 2014

Le mot de l’éditeur :

Après Le Chant de ma sœur et Symphonie du printemps, le lecteur peut enfin tenir entre ses mains le troisième volet de la trilogie de jeunesse de Yannis Ritsos : La Marche de l’océan, livre jusqu’alors inédit en français. Nous sommes en 1939. Tandis que résonnent les marches militaires de l’armée allemande, le poète grec écrit un long texte voué à la houle continue de la mer. Un chant où la lointaine présence d’Ulysse se mêle à l’évocation des vieux marins «qui n’ont plus de caïques » et fument en silence « voyages, ombre et regret ». Un chant où les souvenirs d’enfance n’empêchent pas de songer aux « captifs attachés aux ancres, un anneau serré au cou de l’horizon. » Car ce texte lyrique, puissant, délié, ne retrouve la geste des souffles antiques que pour venir en aide au présent. Un chant de résistance et d’espoir, un poème pour notre temps.

Extrait :

« Mes frères
écoutez votre voix, ma voix
écoutez le chant du soleil et de la mer. »

Collection « En résistance » 

Une collection destinée aux poètes qui sont entrés en résistance

Diffusion harmonia mundi
Pages : 112
Prix : 14,50 €
ISBN : 978-2-36229-068-8

 

Couv_Vive_la_liberté_72Anthologie établie par Bruno Doucey et Pierre Kobel

Couverture : Bruce Clarke

Parution : le 6 novembre 2014

Cette anthologie de poèmes engagés rassemble 40 poètes
qui clament leur aspiration à la liberté et leurs rêves d’émancipation. Comme Verlaine ou Albertine Sarrazin, les uns ont vécu la prison pour avoir transgressé la loi ; à l’image de Nâzim Hikmet ou Yannis Ritsos, d’autres ont connu les geôles de la dictature; d’autres encore ont fait l’expérience cruelle des camps de déportation. Quelques-uns ont vécu dans des pays-prisons comme l’iranienne Forough Farrokhzad ou le sud-africain Breyten Breytenbach. Pour autant, leurs chants ne se limitent pas à l’évocation de l’enfermement. Qu’ils se nomment Éluard, Vian, Moustaki ou Depestre, les poètes nous rappellent que la liberté est un droit inaliénable de l’humanité. Les jeunes lecteurs trouveront dans ces textes un écho à leur désir de déployer leurs « ailes d’hommes libres ».

Extrait

« C’est moi…
celle qui crie à la face du dictateur.
Celle qui vit seulement dans les esprits nobles
celle que connaissent seulement les coeurs des héros
celle qui ne marchande pas
et qui n’est pas à vendre.
Je suis le pain de la vie et son lait
mon nom est Liberté. »
Maram al-Masri

Collection : Poés’idéal, dirigée par Murielle Szac

Pages : 128

Prix : 8,50 €

ISBN : 978-2-36229-075-6