Auteur : Paul de Brancion

Parution : 27 mai 2011

Le mot de l’éditeur :

Dans le titre, un mot déroutant : Mor. Puis une clef pour entrer dans la chambre noire où ce livre fut écrit : « En danois, Mor = Maman, mord = meurtre ». Ainsi l’auteur nous parle de sa mère, femme puissante qui dévore ses propres enfants. Le livre s’ouvre sur une perte – « Ma Mor est morte » – et se poursuit par la volonté d’achever, aux deux sens du terme, des « souvenirs déchus ». Paul de Brancion a eu besoin de plusieurs langues pour y parvenir. Comme si sa langue maternelle ne suffisait pas, comme si Mor était la tour de Babel d’une humanité rendue étrangère à elle-même. Restent les questions qui me poussent à publier ce livre d’amour et de haine : Comment peut-on détruire ce que l’on aime ? Pourquoi pleure-t-on la disparition de ceux qui nous ont fait souffrir ?

EXTRAIT

« Maman massive est partie maintenant. Cela ne me console pas. Ma tâche est devant moi. Je suis extrêmement surpris par mon émotion. Je pleure presque. Comment puis-je pleurer ainsi cette femme qui a si furieusement détruit tout autour d’elle ? »

Collection « L’autre langue »
Diffusion harmonia mundi
Pages : 136
Prix : 14 €
ISBN  : 978-2-36229-015-2

Tagged with:
 

Comments are closed.