ROMAN

L’auteur : Ysabelle Lacamp

En librairie le 4 janvier 2018

L’histoire : Mai 45, libération du camp de Terezin. Un air de jazz siffloté par un petit tchèque aux oreilles en choux-fleurs bouleverse l’un des rescapés des camps qui vient d’échouer ici, au terme d’une longue marche de la mort. L’enfant s’appelle Leo Radek. Il est le dernier enfant survivant de Terezin, antichambre de la mort pour des milliers de juifs, où les nazis parquèrent des artistes pour servir de vitrine en une sordide mascarade. Lui aussi est bouleversé par la rencontre qu’il vient de faire : cet homme décharné, fiévreux, au regard bienveillant et si transparent, parle ce français qu’il aime, et c’est un poète. Il s’appelle Robert Desnos. Comme un grand frère protecteur, le poète qui se meurt, trouve encore une fois les mots. Une rencontre inoubliable où la poésie triomphe sur la barbarie, et où l’humour est plus fort que la mort.

Extrait : « Si tu savais comme je t’écoute p’tit gars, ou plutôt comme je vous entends, vous, enfants de Terezin…
Si nous ne dormons pas, c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent…
Ai-je écrit ces mots pour vous ? Vous dont j’ai croisé les beaux visages émaciés à Auschwitz, vos traits purs lavés de ciel comme empreints d’idéal et de cette rage de vivre qui vous tient debout afin de dire NON au mal. (…) Tu t’es arrêté pour reprendre ton souffle, la tête semblait te tourner. Mais tu t’es repris et d’une voix rauque, si peu audible qu’il me semblait que tu te parlais à toi même, tu as alors lancé :
– Poètes libres, vous l’étiez, enfants de Terezin, même si vous le deviez aux forces malignes du monde ! Mais sache, p’tit père, qu’à certains, il aura fallu toute une vie pour le devenir ! »

Collection Sur le fil dirigée par Murielle Szac
Des romans où le destin d’un poète croise la grande Histoire

Pages : 192
Prix  : 16 €
ISBN : 978-2-36229-165-4

 

La presse en parle…

France 2 – « Dans quelle éta-gère », Monique Atlan

CNews – « Vive les livres ! », Patrick Poivre d’Arvor

TV5 Monde – « 64′ – Le monde en français », Mohamed Kaci

Les Échos – Laura Berny

Ballast – Adeline Baldacchino

C’est la manière dont s’articulent la rêverie nostalgique du poète mourant et l’espoir fou du gamin, qui lui survivra, qui fait toute l’originalité de ce texte. (…) On frôle juste assez l’ombre pour désirer en savoir plus sur l’homme  : au moment de refermer ce petit livre, on se dit qu’il est temps d’aller le relire à la source. Sans doute le plus bel effet que puisse produire pareille évocation.
Bulles de Culture – Morgane P.
 
« Traversé par des extraits vibrants de textes de Robert Desnos, Ombre parmi les ombres est somme toute un bel hommage aux survivants de l’horreur nazie, grands ou petits, connus ou anonymes. C’est aussi un bel encouragement à lever le poing, à garder le verbe haut, à rester debout face à la barbarie, à porter l’art comme on porte un fusil à l’épaule et à croire en la vie.

Mathurin – Henri Lafitte

Les Amis de Robert Desnos – Marie-Claire Dumas

« Ombre parmi les ombres tient le lecteur en haleine par sa manière de raconter, toute d’énergie et de subtilité, le récit traditionnel accueillant des fragments de réflexion comme d’ouverture à l’inspiration poétique. »

 

Comments are closed.